Accueil > à l’oeuvre

  • Les poèmes de jeunesse de Paul Celan, à Czernowitz (1938-1941) présentés par Marc Sagnol par Marc Sagnol
  • Avant d’être Paul Celan, le poète que nous connaissons et dont nous célébrons cette année les cent ans de la naissance, le jeune Paul Antschel, était un élève et étudiant doué de Czernowitz, en Bucovine, entouré de jeunes filles qui l’admiraient et auxquelles il récitait, dans le Volksgarten (jardin municipal), des poèmes de Rilke et de Trakl ou d’autres auteurs allemands, ou encore de Verlaine. Czernowitz était une ville officiellement roumaine, nommée Cernauţi, rattachée au royaume de Roumanie depuis le (...)

    lire la suite :

  • Bucarest – Interlude pour Paoloncel, Paul Celan à Bucarest, par Jan H. Mysjkin par Jan H. Mysjkin
  • Fin avril 1945, Paul Antschel fuit sa ville natale Cernăuţi pour Bucarest, avec quelques livres, un tas de manuscrits et une poignée d’argent comme seul bagage. C’était passer de la « Petite-Vienne » au « Petit-Paris », comme ces deux villes étaient surnommées pendant l’entre-deux-guerres. Cernăuţi était la capitale de la Bucovine, une région attribuée à la Roumanie, quand la double monarchie austro-hongroise s’était désintégrée à la fin de la Première Guerre mondiale. Paul Antschel y est né le 23 novembre (...)

    lire la suite :

  • Dix poèmes, par Sushri Sangita Mishra traduits par Faustine Imbert-Vier par
  • truth
    I have walked very long on the rocky bed of Time. In my effort to excavate truth many times, I have fallen into the pit where truth sits complacent refusing to be rescued, Since for truth, earth is trivial.
    Many times, I have fallen into bottomless depth. And defying death I have risen on my own. Aeons have passed I still carry on.
    This is just once more that I would look for my origin Before I get up and walk again, only, a few questions to be triggered at random. (...)

    lire la suite :

  • Extraits de Macbeth de Shakespeare, traduits par Jean Briat par Jean Briat
  • The tragedy of Macbeth
    Enter Macbeth’s wife with a letter
    Lady Macbeth :
    They met me in the day of success : and I have learn’d by the perfect’st report, they have more in them than mortal knowledge. When I burn’d in desire to question them further, they made themselves air, into which they vanish’d. Whiles I stood rapt in the wonder of it, came missives from the King, who all hail’d me Thane of Cawdor, by which title, before, these weird sisters saluted me, and referr’d me to the coming on of (...)

    lire la suite :

  • Poèmes de Patricia Keeney, traduits par Michèle Duclos et Magdelaine Gibson par Michèle Duclos
  • A Touch of the Goddess
    Crouched low in oven sand dunes, hiding dry as desert waves I find the goddess again baking in beige. I now she’s there as the grains blow. Moving methodically underneath changing geography while ants march over prickly grass boring in and biting.
    She has pale sea-green eyes and hair burned white. Her consort of the hour parades fine wicked bones and a flashing smile spins and shocks. She outwaits his power.
    He’s a boy dazed by the deafening bell of the sun. A lump (...)

    lire la suite :

  • Martine Callu, poème par
  • La pluie qui demeure
    tu ne gagneras rien à savoir
    les gagnants
    le cercle les retient
    leurs ongles poussés à vif la terre dessus
    tu as perdu
    quoi
    l’origine
    elle est dans le vent qui te sème
    la pluie qui demeure
    l’horizon un feu de paille pour les animaux des abattoirs
    que peux tu faire
    tu es de l’ordre du baptême
    tu es de cette dignité
    quoiqu’en dise l’abstraction signifiante
    quoiqu’en dise celui qui sait
    cette bénédiction tu l’as reçue
    ne sachant rien
    elle t’engage par ta faiblesse
    le chemin (...)

    lire la suite :



temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page