Retour au format internet
Marlena Braester Première publication: 26 avril 2010

par Anne Mounic


Marlena Braester, Presque v’île. Paris : Caractères, 2009.

D’origine roumaine, Marlena Braester vit en Israël depuis 1980 et écrit en français. En un style elliptique aux rythmes brefs, elle chante ce qu’elle nomme la « presque v’île » :

« deux rythmes avancent enchevêtrés
s’enroulent s’annulent dans la césure » (p. 34)

C’est une méditation abstraite (au sens où l’on parle de peinture abstraite) sur l’existence qui se coule dans l’arborescence de la cité :

« dans la dégradation de nos descentes
dans le contretemps de nos durées
s’effilochent les cadences
inarticulées venelles
sang qui circule » (p. 80)

Imprimer



Le texte demeure propriété de l'auteur .© temporel.fr
http://temporel.fr | contact@temporel.fr