Retour au format internet
Dunstan Ward, poèmes, traduits de l’anglais par l’auteur Première publication: 26 avril 2017

par Dunstan Ward


Song : Grace

‘We’re crushing the flowers’
the young girl protests
yet smiling she makes
her way down the meadow

stepping lightly amid
tall bright-headed stems
and lifting the hem
of her white summer dress

with grace that seems ageless
as though in a painting
on a broken Greek vase
or a Pompeian frieze.

Grâce

’Nous écrasons les fleurs’
proteste la jeune fille
qui souriant prend
son chemin dans le pré

à pas légers entre
les têtes colorées
et soulève le bord
de sa blanche robe d’été

avec grâce sans âge
comme dans une peinture
sur un vase grec cassé
ou une frise de Pompéi.

Last Light

Last light :
translucence of water
in a glass by the bed,
panes of late sky,
the day’s final pages
that lines of birds cross,
tracing their signs.

Beyond the railings –
more a ship’s than a cot’s –
on the courtyard windows,
the glowing trees
recede into darkness.

Somewhere below,
a lifetime from here,
a child’s cry
flares in the night :
then silence.

Ora pro nobis.

L’ultime lumière

L’ultime lumière :
de l’eau translucide
dans un verre au chevet,
carreaux de ciel tardif,
les dernières pages du jour
que croisent en ligne les oiseaux,
refaisant leurs signes.

Au-delà des grilles
(qui rappellent un navire
plus qu’un petit lit)
des fenêtres sur la cour,
les lueurs des arbres
s’éloignent dans les ténèbres.

Quelque part dehors,
d’ici, toute une vie,
le cri d’un enfant
se lance dans la nuit :
ensuite, le silence.

Ora pro nobis.

Imprimer



Le texte demeure propriété de l'auteur .© temporel.fr
http://temporel.fr | contact@temporel.fr