Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Yvon Le Men, poèmes

Yvon Le Men, poèmes

28 septembre 2008

par Yvon Le Men

La femme de mon ami

Personne ne souffre
autant que moi

dit
la femme
aux cheveux gris

aux yeux bleus
couleur de la mer
grise

personne ne souffre
autant que moi

pas même Munch
quand il crie

Giacometti quand il marche
Van Gogh quand il se coupe l’oreille

personne ne souffre
autant que moi

ni les Juifs
au centre du vingtième siècle et de l’Europe
ni les Palestiniens au pied de l’autre mur
des lamentations

ni les pauvres de longue durée
ni les malades du même nom

personne

dit la femme aux cheveux gris
avec des reflets bleus

aux yeux bleus
avec des reflets gris

comme la mer qu’elle a perdue
de vue
comme sa mère qu’elle a perdue
et qui vit près de la mer

personne ne souffre
autant que moi

dit la femme aux cheveux bleus
avec des reflets gris

aux yeux bleus
avec des reflets rouges

comme le sang mélangé aux larmes

et je la crois.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page