Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de visite > Visite d’atelier : Jean-Baptiste Colcher

Visite d’atelier : Jean-Baptiste Colcher

22 septembre 2014

par temporel

Nous avons rencontré Jean-Baptiste Colcher lors de la Biennale de l’Estampe de Souppes-sur-Loing, organisée par Maïté et Gérard Robin, en juin 2014, et lui avons proposé de présenter son travail dans Temporel.

JPEG - 58.3 ko

Temporel : Nous avons vu à Souppes-sur-Loing un certain nombre de gravures que l’on pourrait qualifier d’abstraites si la distinction entre figuration et abstraction a un sens. A voir votre travail en effet ‒ la haute matérialité du papier qui n’est pas un simple support, mais acquiert un relief par un système de gaufrages ; la disposition des masses de couleur et leur rapport au vide de la page ; quelques ébauches de silhouettes ici ou là ‒, on a l’impression de matière. On peut même songer à des paysages. Quel est donc chez vous le rapport entre le regard et la genèse d’une œuvre ?

Jean-Baptiste Colcher : Effectivement, la différence entre figuratif et abstrait n’a pas grand sens pour moi. Ce qui compte est la présence de l’œuvre réalisée, donc la qualité du « coup de patte » de l’artiste. Ce dernier est le reflet de sa personnalité. Quant à ma façon de créer, je dessine des lignes et un rapport de surfaces apparaît ; j’y incorpore matières et couleurs en essayant de contraster. Ces dessins composant ces premières lignes me sont souvent inspirés par des formes concrètes inspirées de la nature.

Temporel : Vous pratiquez également peinture, pastel et sculpture. Comment s’effectue le choix entre telle ou telle expression ? S’agit-il de l’élan de l’instant ‒ d’une décision tout intérieure ‒ ou bien vous soumettez-vous aux contraintes de la forme ?

Jean-Baptiste Colcher : J’aime essayer des techniques différentes. Les pastels ont été faits parce que ma sœur m’en avait offert. C’est plutôt l’humeur du moment qui me pousse à telle ou telle technique.

Temporel : Quelles couleurs utilisez-vous en peinture ? Prenez-vous ce qui se vend en tubes ou partez-vous des pigments pour broyer vos couleurs ? Tenez-vous compte des qualités des couleurs, ‒ leur résistance, leurs propriétés plus ou moins couvrantes ? Que vous apporte le pastel, en termes de tons et de geste, par rapport à la peinture ?

Jean-Baptiste Colcher : J’utilise des peintures en tube artisanales soigneusement sélectionnées pour leur texture et la qualité des couleurs. Le pastel donne une légèreté et une texture différente. J’ai essayé de reproduire en gravure des effets semblables au pastel, avec, d’ailleurs des résultats inattendus.

Temporel : Pourquoi s’obstiner, à notre époque, à ces techniques risquées que sont la gravure, la peinture, la sculpture (si toutefois vous ne pratiquez pas le « surmodelage ») puisqu’elles engagent le geste de la main dans l’instant ?

Jean-Baptiste Colcher : Les difficultés de l’époque sont une gêne matérielle, mais n’empêchent pas la création, même si je me sens très déconnecté de « l’art d’état ». Nombre d’artistes ont vécu dans les difficultés, et ont pourtant créé......

Temporel : Enfin, nous voyons sur votre site que vous partagez votre atelier en famille. Pouvez-vous nous parler de cette communauté d’activité ?

Jean-Baptiste Colcher : J’ouvre un site personnel, mais la critique est indispensable, distillée avec compétence.

Site de Jean-Baptiste Colcher

info portfolio