Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Véronique Cohen (direction), Grands-mères

Véronique Cohen (direction), Grands-mères

1er février 2006

par Anne Mounic

Véronique Cohen (direction), Grands-mères : Un amour tendre et féroce. Paris : Autrement, 2005.


La couverture de l’ouvrage déjà attire. On y voit le portrait d’une femme âgée, les cheveux blancs flottant au vent, le regard assuré et, au lobe de l’oreille, de menues boucles, un petit diamant, une petite étoile. Le recueil se compose d’études sur le personnage complexe de la grand-mère, les noms qu’on peut lui donner selon les milieux, selon les époques (Entretien avec Pierre Encrevé, linguiste) ; ses contes, qu’elle les raconte ou qu’elle y figure, comme la fameuse mère-grand du Petit Chaperon rouge (Nicole Belmont, anthropologue) ; ou ses représentations artistiques, à travers la figure de Sainte Anne, grand-mère du Christ (Jocelyne Le Béguec, historienne de l’art, et Denise Becker, psychiatre et psychanalyste). Véronique Cohen (journaliste) et Marie-Louise Audiberti (romancière) consacrent quelques pages à la Comtesse de Ségur.

Vient ensuite l’ « album de famille », composé de témoignages de petits-enfants de tous âges. Il est dommage que ces auteurs ne soient pas mentionnés comme tels à la fin (on ne sait rien d’autre sur eux que leur âge), car les lignes qu’ils consacrent à leur(s) grand(s)-mère(s) sont non seulement très émouvantes, mais encore écrites, d’un style vigoureux, avec art. Je garde particulièrement en mémoire les pages de Pierre Guetta sur Kamouna, de Danielle Milhaud sur Maguite, de Jean-Pierre Bernier sur Marguerite et Renée, d’Hélène Tavera sur Bertine-Solange et, surtout, l’évocation de Fine, « qui a eu cent cinquante mille ans hier », par Laurent Carpentier, revigorant cocktail de tendresse et d’humour.

Les enfants, en fin de volume, ne sont pas en reste avec leurs dessins et les légendes qui les accompagnent. On y apprend que, si on a un faible pour les grands-mères, c’est en Afrique qu’il faut se rendre : « C’est mémé Nanmoin. Elle est en Afrique. C’est la maman de ma maman. Chez elle, il y a trois escaliers, un chien et trois moutons. Il y a beaucoup de grands-mères là-bas. Il y a aussi beaucoup de grands-pères. Lili »


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page