Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Salah Stétié, par Gérard Paris

Salah Stétié, par Gérard Paris

26 avril 2010

par Gérard Paris

Salah Stétié, Décomposition de l’éclair en brindilles. La Broque : Ed. Les petites vagues, 2007

« La roseraie est comme la vallée de la mort.

On la traversera. Et des parfums viendront nous assaillir :cristaux coupants .C’est le sang

Qui se mélange au sang.Et c’est la haute justice de l’oiseau :celui qui tient l’épée »
21 reproductions de peintures accompagnent les textes de Salah Stétié. Colette Ottmann nous fait don de ses créations picturales, blocs informes comme voilés, dilués ou vaporisés d’où émergent parfois soit une silhouette, soit un œil, soit un tracé de blessure. Les couleurs douces aux subtils dégradés créant une atmosphère irréelle, fantomatique.

Face à ces œuvres issues d’un autre monde,Salah Stétié accompagné de ses multiples références poétiques, philosophiques, mystiques ou picturales(Nerval, Char, Angélus Silésius, Baudelaire,Cézanne ,Picasso,Jouve ,Alain) nous plonge dans une méditation au carrefour de la poésie et de la philosophie. Métaphysicien, Salah Stétié remet l’homme à sa place dans l’univers : »Nous sommes au centre des choses,au point tourbillonnant des flux et des reflux,au croisement des agressions et des consolations,au carrefour de toutes les dispersions »Il s’agit pour le poète de faire le point sur sin inexistence dans un univers inexistant. Poète, Salah Stétié s’intéresse au joyau bleu de l’être, au pays de l’enfance et(par association d’idées)au corps de la femme et aux grottes de l’inconscient :

« Peut-être existe-t-il dans l’inconscient, enfer simplement domestique,un recoin de sérénité. Du coup, une lampe intérieure vient éclairer d’en bas la masse d’eau à la manière d’une lampe de théâtre. »

De la mise en scène de l’univers (par la métaphore de l’éclair et sa métamorphose)à la théâtralisation de l’intériorité assiégée,entre la sainte matière et la mystique réalité,Salah Stétié retourne vers la lumière originelle,la poésie :

« La poésie est la traversée de la réalité champ sur champ en une sorte de prise globale comme sous l’effet d’un éclair éblouissant. »

« Décomposition de l’éclair en brindilles » ou la traversée de la maison des miroirs. »


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page