Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Poésie : Patrick Joquel

Poésie : Patrick Joquel

27 septembre 2006

par Patrick Joquel

UN CHUINTEMENT D’AIR (extraits)

De septembre 1997 à mai 1999, le mercredi matin, à 8h.30, j’entrais dans la Maison d’Arrêt de Grasse pour animer un double atelier d’écriture poétique : l’un avec les adultes, l’autre avec les mineurs. J’en ressortais à 11h.30.

Quelques années plus tard des moments, des visages, flottent encore et toujours dans ma mémoire, icebergs étincelants ; ces quinze poèmes en constituent comme les parties émergées...

1
Au nord
l’adret du doublier
altitude
 
Au sud
la Méditerranée
noyée au soleil
 
Sais-tu
que certains matins d’hiver
du mirador
on aperçoit la Corse
 
Devant toi
le mur béton
altitude
 
Silence épais
 
Souligné
d’un chuintement d’air
 
D’un jacassement de pie
 
Devant toi
la porte
 
Le verrou claque
 
Derrière toi
ça résonne
2
Closes sur elles-mêmes
comme autant de coffres
dont on aurait égaré les trésors
les cellules se suspendent
aux trousseaux de clefs
des gardiens
 
Le cri des serrures
étouffe
un à un
les mots
 
Leur identité s’effiloche
aux aspérités des chiffres
 
Entre les mots et le poème
le choc sourd des verrous
électroniques
3
Ici
respirer déchire la langue
 
Elle s’accroche aux barreaux
 
Elle s’y suspend
 
Comme un linge
en l’absence de vent
elle se tient muette
 
Quel poème
oser
pour donner forme
à l’ombre
et
grimper
au plus haut du langage
afin de renouer avec le sens
4
Jour après jour
identique
et toujours égal à lui même
un mur tourne autour de toi
 
Il te râpe
et
lentement
te transforme
en sable
 
Chaque grain compte les jours
 
[...]
7
Dehors
le lièvre et le crapaud
les pâquerettes
la buse et le chant des chênes
tous ces petits bonheurs
en liberté
 
Libres
comme flocons de mars
 
Flocons légers
qui fondent sur le sol de la prison
mouillent le goudron
puis
suivent
tranquillement
les canalisations d’évacuation des eaux
 
Tu rêves d’être soluble
8
Ici
le poème vit séparé de la terre
 
Avec son désir
dru
entre ses testicules en berne
son corps n’a plus aucun poids
mais
il est si lourd à coucher le soir
que tout rêve a déserté
sa présence
9
Si
dans la bibliothèque
ton regard ne s’ébréchait pas
aux barreaux
tu pourrais te croire
vraiment
Vivant
parmi le bruissement des voix
et non
retranché dans l’attente
 
Hésitant
à tourner la page
10
Tu te tiens à la lisière du mot
air
 
Tes yeux tremblent
 
Tu bégaies
 
Tu voudrais
fendre
le silence
à la hache
 
Ton regard s’attarde
auprès d’un fragment de ciel
azur
 
Tu voudrais respirer
à pleins poumons son eau
mais il est trop vaste
et les intervalles
entre les barreaux
trop étroits
 
[...]
13
Que viens-tu faire ici
petit poème
 
Comment es-tu entré
 
Es-tu tombé du ciel
 
As-tu sauté le mur
 
Tu ne portes pas de numéro matricule
 
Qui es-tu
pour marquer ainsi
le papier de ton empreinte
 
En toute impunité
14
Par la fenêtre ouverte
un papillon de nuit entre
et te tient compagnie
 
Il te raconte ses hauts vols
la brûlure de l’espace
et la palpitation des cistes mauves
 
Tu ne dis rien
tu écoutes
 
Tu apprends sa langue
avec la patience de la chenille
15
Il y a de la terre en toi
de l’arbre aussi
du ciel
du rocher
et tant de lumière en toute saison
qu’aucune barrière n’aura raison de toi
aussi longtemps
que tu resteras fidèle à toi-même

temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page