Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Poésie : Béryl Cathelineau-Villatte

Poésie : Béryl Cathelineau-Villatte

29 septembre 2007

par Béryl Cathelineau-Villatte

Mue de la cigale,
solitude du chrysanthème
et fin de l’été.

****

Vol mou de la chouette
à ses chasses nocturnes
sous le vent de minuit.

****

Chauve-souris solitaire,
froissement de feuilles,
passage de corbeaux.

****

Tulipes sous les pins,
glycine sur un vieux mur,
enfants dans les pissenlits.

****

Un soir de brume,
biches et cerfs
surpris, dans la nuit.

****

Troncs raides et noirs
d’arbres morts
retiennent le cerf à l’étang.

****

Trace de lune,
fin chemin blanc dans le ciel,
parmi les étoiles.

****

Fin rideau de pluie
n’empêche pas le rouge-gorge
de pépier à ma porte.

****

Sourdes plaintes et longs cris,
les cerfs brament
dans la nuit.

****

Incendie dans les arbres,
empourprés par le soleil
à son lever.

****

Têtes dans les nuages
et blanches de fleurs
des poiriers rêveurs.

****

Frémissement discret
des bouleaux légers
au vent du soir.

****

Hâtez-vous, les feuilles,
de vêtir
les troncs frileux des peupliers.

****

L’esprit de la terre
s’envole
en un souffle de brume légère.

****

Comme une brume,
le voile de nos rêves
trouble un peu la vue.

****

Bruissement léger,
passage d’un ange,
et douleur du souvenir.

****

La Loire, un saule,
une barque, un homme,
calmes et solitaires.

****

Grands échassiers
blancs, immobiles,
les éoliennes, dans l’attente du vent.

****

Surpris et frileux,
les palmiers balancent
leurs palmes, lentement.

****

Comme des petites flammes
les crocus jaillissent
au pied du hêtre.

****

Beauté des arbres,
géants immobiles,
qui veillent sur les hommes.

****

Des pensées mauves
Veillent sur le souvenir
D’un, qui a disparu.

****

Le printemps s’envole
dans un souffle de miel
et d’enfance retrouvée.

****

Traces de pas dans la neige,
d’hommes et d’oiseaux,
chacun à sa quête.

temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page