Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Pierre Zehnacker

Pierre Zehnacker

1er mai 2008

par Anne Mounic

Pierre Zehnacker, Paysage des hommes. Paris : L’Harmattan, 2007.

Recueil de poèmes en quatre mouvements, rassemblés sous le signe de l’inquiétude.

« MÉLANCOLIE

En finir, disais-tu, et c’était comme une rêverie
en de neigeuses années, - dans l’ombre
se tourmente un essaim de pensées impures,
et la fièvre des gestes fait songer au murmure
du destin. Chaque instant frémit d’une peur
timide où survit l’amertume d’un automne perdu.
Ainsi l’image te reproche le chemin suivi,
la plainte impardonnable, les hésitations,
l’envol sourd au-dessus d’un monde sans visage.
L’esprit des choses ne te reconnaît pas,
ne te dit rien, le temps lui-même s’aveugle
ignorant les fleuves qui le traversent.
On ne sait plus ce que l’on doit à la pluie,
aux arbres, aux plis de l’étoffe, au vol
des feuilles mortes : l’inquiétude pousse
ses racines au fond de la nuit, on ne sait
quel regard scrute, monotone jusqu’au vertige,
les rues désertes, les immeubles vides,
accueillis par la voix morne du songe
au-dessus des marais qui n’en finissent pas
de nous apporter cette odeur de mort lente
de ce qui n’a jamais existé. »


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page