Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Pénélope Sacks-Galey, poèmes

Pénélope Sacks-Galey, poèmes

26 septembre 2011

par Pénélope Sacks-Galey

Prédelles

(Extraits) [1]

10


… dans la kyrielle exilée des nuages

comme dans infini silence de l’ombre


qui se donne à l’oubli

… dans le vent

comme on naît au désir

Souffle qui butine

Essaim qui bourgeonne

telle Parole cesse son errance


fléchit

dans le miroir trouble de l’instant

Etre
dans l’ivresse sans foyer des nuages

comme dans l’infini silence de l’ombre


qui se donne à l’oubli


Être aussi dans le vent comme on naît au désir

Souffle qui butine, Souffle qui essaime

Essaim qui bourgeonne


telle Parole qui cesse son errance fléchit
dans le miroir trouble de l’instant

11

nul ne sonde l’eau passante

que seules les silhouettes noires inquiètent

frêles brisées suppléantes aux lisses parois

des heures

dans la doublure de l’aire

le sillage de la terre


le creuset de la mer

12

sur le tracé des crêtes sillonnent

les augures


lisérés éternels qui ourlent le temps
scarifiant le chemin en leur toucher de ligure
à l’orée du regard où s’abreuve

l’instant

13

Rien
dans la moire profonde


que ce seul sacre de silhouettes en cortège

Burins noirs du regard

qui creusent la cadence

devant la blanche borne du silence

devant la stèle de l’oubli


l’œil infini
où se cadre – Sable,


la Nuit

14

Prédelle


mémoire tribune qui siège dans l’air

tel archet de violon
Pierre d’attente attentive aux silences


De même

là-bas
le batelier en songe
– dans la fonte de l’instant -
traverse l’hésitation
et forme la fulgurance

Notes

[1Ces poèmes ont paru une première fois, accompagnés d’une préface de Gisèle Prassinos.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page