Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de visite > Pages et images

Pages et images

29 septembre 2007

par Anne Mounic

Pages et images : les écrivains peintres
Exposition du 31 mai au 9 juin 2007 – Galerie Les vergers de l’art
14, rue du Perche 75003 Paris

Cette exposition, organisée par Laure Fardoulis et Olivier Wahl, a rassemblé pendant plus d’une semaine ce printemps les œuvres picturales d’écrivains renommés, œuvres sur papier principalement, aquarelles, collages, dessins à l’encre ou au crayon. L’exposition est un hommage à Pierre Klossowski, dont on peut voir des nus au crayon. Les autres écrivains réunis sont : Adonis, dont Laure Fardoulis décrit « la couleur soudain violente contre l’aplat de l’écrit » ; Tahar Ben Jelloun, qui « semble s’amuser » ; Michel Butor, qui écrit : « C’est une vie que la peinture, même la plus modeste » ; Philippe Guénin, qui peint pour « tourner le dos au verbal » ; Hubert Haddad, qui évoque un « jeu ouvert à perte de sens » ; Luis Mizon qui pratique « la chasse aux ‘bonnes taches’ » ; Bernard Noël, qui se perd dans « la dépense gratuite et insensée de [son] temps » et Zoé Valdès qui se « cramponne à une image qui voyage ».

Les paysages à l’acrylique, dans les bleus et les verts, et empreints de mouvement, d’un véritable élan, de Laure Fardoulis, ressortent par leur qualité picturale autonome. Ce n’est pas l’auteur de La piscine Molitor qui peint, mais un peintre authentique, qui se pose des problèmes de composition, d’expression et de matière. Ce que j’avais vu de Laure il y a quelques années, chez Francine Fardoulis-Lagrange, sa mère, à l’époque où je travaillais sur l’œuvre de Michel Fardoulis-Lagrange, manifestait son admiration pour le peintre américain David Hockney, admiration maintenant, me semble-t-il, assimilée et dépassée. Les tonalités bleues et vertes, tonalités profondes, m’ont plutôt fait penser à certaines toiles de Graham Sutherland sans l’aspect anguleux et tourmenté de ce peintre anglais. Et s’il faut parler d’écriture, on parlera d’arbres semblables à des feux follets, ou bien à des lettres qui dansent joyeusement sur la toile.
La galerie, spacieuse et claire, met magnifiquement en valeur les œuvres. Lors du vernissage fut présenté le second numéro de la nouvelle revue publiée par le Mercure de France, Confluences poétiques.