Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Myriam Prévot, poèmes

Myriam Prévot, poèmes

23 septembre 2015

par Myriam Prevot

Je n’ai pas compté tes apparitions
Au détour d’une rue
Ou au milieu des foules
Ombre des ombres
Évanescente
Dans la gent anonyme

Ton visage disparaissant
Là, instantanément
Au moment précis
Où je croyais approcher,
Toucher ce qui n’était plus
Qu’un mirage du passé disloqué

C’est au nombre incessant
De tes disparitions
Que je dois d’avoir lentement
Accepté ton départ :
Tu as gagné peu à peu
Sur le fil tendu des jours
Entre chutes et fêlures
Ta place irréversible

*

Et quand la nuit sera tombée
Que ferons-nous de l’ombre et la rosée
Pour croiser nos regards
Au-delà des mots figés, signés ?
Pour tenter de retrouver le souffle
Et dépasser ce point nommé
D’irréductible impossibilité ?
Lorsque le temps prendra son quart
Et le désir son lot d’essoufflements
Y aura-t-il encore au bord de nos sentiers
Ces frondaisons de fusains pourpres
Dans le parfum grisant de la reine des prés
Ou bien irons-nous chaque matin plus avant,
Perdus entre errances et désœuvrements,
Chacun en nos terres d’isolement ?
Saurons-nous rendre de l’ivresse et de la démesure
Le point en son espace…
Le contretemps ?
Saurons-nous rendre à la lumière voilée
Son quotient de clarté
Pour nous sortir des égarements d’intendances ordinaires ?
Et une fois franchi le miroir sans retour
Des syllabes nocturnes et des désillusions
Saurons-nous renouveler de l’amour
Le geste de tendresse
Rêver encore ce qui nous fût rencontre
Et accepter du temps
La douceur au revers cathodique
Du mot construire sur la page blanche
Et vieillir ensemble…

*


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page