Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Musique : Ecoute Olivier Greif

Musique : Ecoute Olivier Greif

9 mars 2007

par temporel

Nous écoutons ici deux morceaux d’Olivier Greif, extraits des Chants de l’âme, pour voix de femme et piano.

Jennifer Smith : soprano
Olivier Greif : piano.

The Tyger – Le tigre, William Blake – 3’ 03. Death be not proud – Ne va pas t’enorgueillir, ô Mort – John Donne – 1’ 58

Olivier Greif, Lettres de Westerbrook, pour voix de femme et deux violons, sur des textes d’Etty Hillesum et des extraits des Psaumes de l’Ancien Testament.
Doris Lamprecht mezzo-soprano ; Alexis Galpérine et Eric Crambes violons.
Chants de l’âme, pour voix de femme et piano, Jennifer Smith soprano ; Olivier Greif piano.
TRI 331101 DDD 61’ 02
Triton : La Meunerie – Le Bourg – 45320 Courtemaux.

MP3 - 1.8 Mo

Death be not proud, though some have called thee
Mighty and dreadfull, for, thou are not soe,
For, those, whom thou think’st, thou dost overthrow,
Die not, poore death, nor yet canst thou kill mee ;
From rest and sleepe, which but thy pictures bee,
Much pleasure, then from thee, much more must flow,
And soonest our best men with thee doe goe,
Rest of their bones, and soules deliverie.
Thou art slave to Fate, chance, kings, and desperate men,
And dost with poyson, warre, and sicknesse dwell,
And poppie, or charmes can make us sleepe as well,
And better then thy stroake ; why swell’st thou then ?
One short sleepe past, wee wake eternally,
And death shall be no more, death, thou shall die.

John Donne (1572-1631)
Divine Poëms X

Mort, ne va pas t’enorgueillir, même si quelques-uns te disent
Puissante et terrifiante, car cela, tu ne l’es pas,
Puisque ceux que tu penses terrasser,
Ne meurent pas, pauvre mort, et moins encore peux-tu me tuer ;
De sommeil et repos, qui ne sont que figures de toi,
Jaillit grand plaisir, de toi donc, plaisir plus encore,
Et ce sont les meilleurs d’entre nous que tu attires le plus vite,
Repos de leur dépouille, et délivrance de l’âme.
Tu es l’esclave du destin, du hasard, des monarques et des désespérés,
Et t’acoquines avec poison, guerre et maladie,
Pavot ou sortilèges peuvent aussi bien nous endormir,
Bien mieux que tes atteintes ; pourquoi te rengorges-tu donc ?
Il nous suffit d’un somme pour nous éveiller à l’éternité
Et la mort est promise à disparaître ; mort, oui, tu mourras.

Traduction A.M.


The Tyger

Tyger ! Tyger ! burning bright
In the forests of the night,
What immortal hand or eye
Could frame thy fearful symmetry ?

In what distant deeps or skies
Burnt the fire of thine eyes ?
On what wings dare he aspire ?
What the hand dare sieze the fire ?

And what shoulder, & what art,
Could twist the sinews of thy heart ?
And when thy heart began to beat,
What dread hand ? & what dread feet ?

What the hammer ? what the chain ?
In what furnace was thy brain ?
What the anvil ? what dread grasp
Dare its deadly terrors clasp ?

When the stars threw down their spears,
And water’d heaven with their tears,
Did lie smile his work to see ?
Did he who made the Lamb make thee ?

Tyger ! Tyger ! burning bright
In the forests of the night,
What immortal hand or eye
Date frame thy fearful symmetry ?

William Blake (1557-1827)
Songs of Experience

Le tigre

MP3 - 2.8 Mo

Tigre ! Tigre ! qui brûle brille
Dans les forêts de la nuit,
Quelle main ou quel œil immortels
Pouvaient-ils créer ton effrayante symétrie ?

Dans quelles profondeurs ou quels cieux lointains
Brûlait le feu de tes yeux ?
Sur quelles ailes osa-t-il s’élever ?
De quelle main osa-t-il s’emparer de ce brasier ?

Et quelle épaule, quel art
Pouvaient courber les muscles de ton cœur ?
Et quand celui-ci se mit à battre
Quelle main redoutable ? Et quels pieds ?

Quel marteau ? Quelle chaîne ?
Dans quel four, ton cerveau ?
Quelle enclume ? Quelle poigne redoutable
Pour oser saisir ces funestes terreurs ?

Quand les étoiles déposèrent leurs lances
Pour arroser les cieux de leurs larmes,
Contempla-t-il en souriant son œuvre ?
Est-ce lui, qui créa l’Agneau, qui, toi, te créas ?

Tigre ! Tigre ! qui brûle brille
Dans les forêts de la nuit,
Quelle main ou quel œil immortels
Pouvaient-ils créer ton effrayante symétrie ?

Traduction A.M.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page