Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Martine Dubarry, par Michèle Duclos

Martine Dubarry, par Michèle Duclos

20 avril 2013

par Michèle Duclos

Martine Dubarry-Gastambide, Armgart de Montfreid, de la Prusse à la mer Rouge, témoignage. Paris : ed.du Panthéon, 2012

Ce petit livre simple, très bien écrit, témoigne de deux amours fidèles : celui de l’auteure pour une aïeule admirée qu’elle n’a connue qu’à travers des confidences de sa propre mère et des correspondances multiples, Armgart Freudenfeld ; et surtout, sujet du livre, l’amour passionné indéfectible d’Armgart, jeune aristocrate prussienne belle, intelligente, cultivée et courtisée, qui sut rompre avec une famille protestante austère, d’abord pour suivre sa vocation d’artiste, puis d’y renoncer pour se dévouer toute entière à son mari volage, le navigateur écrivain Henry de Monfreid, un homme rebelle à toute convention sociale, aujourd’hui figure mythique du navigateur liée à la non moins mythique mer Rouge, mais aussi aventurier en contrebande qui fut emprisonné pour trafic de drogues. En arrière-fond de cette figure attachante de femme et de mère cultivée se détache, même très fragmentaire, toute la période culturelle et historique de la première moitié du 20 siècle avec, amicales, les figures de Gauguin et de Maillol jeune secourus dans la misère, celles des deux paléontologues passionnés, l’abbé Breuil et Teilhard de Chardin, mais aussi le destin douloureux de familles franco-allemandes chassées de Lorraine après la Première Guerre mondiale ou traquées jusque sur les bords de la Méditerranée par des populations autochtones méfiantes.
D’autres figures absentes du récit se profilent dans la mémoire du lecteur : Rimbaud lui aussi figure asociale, au Harrar proche de Djibouti et d’ Obock ; le romancier D. H. Lawrence, époux de l’Allemande Frieda von Richthofen née en Lorraine allemande, tous deux soupçonnés d’espionnage alors qu’ils s’installent en Cornouaille en 1914 ; ou dans un registre différent, le portrait de grandes amoureuses de la période romantique qui rompirent avec la société établie, telle Marie d’Agoult, finalement à leurs dépens.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page