Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Martine Callu, poèmes

Martine Callu, poèmes

23 avril 2016

par Martine Callu

Bestiaire personnel

les canards de barbarie

les canards de barbarie en petite troupe calme
pétille le champagne
vivent à côté de la vieille mare
requiem bancal
battent des ailes mais ne s’envolent pas
prient du bout du bec dans la vase
plumes au vent pour le nouvel an
de sang mariné
avec le vin renversé sur la nappe
si blanche
canard au sang
détachée chaque aile

le lézard

le lézard a fui vif dans l’escarre du mur

mais soudain le revoilà frétillant la tête tout d’abord puis les pattes si rapides si prestes dans leurs saccades

sous sa peau tapisserie si étrange un frisson se dissimule

il te regarde immobile maintenant

ne t’approche pas
laisse le

il t’évite comme l’aurore arrondie en soleil
se dérobe à la nuit

tu voudrais pouvoir parler au lézard tu lui parles
il n’y a pas de moquerie à attendre d’un lézard

tu lui parles

il sent ta respiration
il sent ton attente d’une question


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page