Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Martine Callu, poème

Martine Callu, poème

22 septembre 2014

par Martine Callu

Le ciel entièrement

dansaient les lièvres
bondissaient se rejoignaient s’écartaient
sur le champ en lisière des bois jaunes

le ciel entièrement

le ruisseau illumine l’air
la martre file se planquer dans le coulis de lumière
les grands conifères laissent le jour aller

le vent enlevé par l’ange dans la garrigue absurdité des herbes rases
jument à la robe pie
gonflée par l’armure des caresses

l’âne piétine le pré d’argile noire
il y a dans l’air ses longues oreilles à nuages

l’hommage des feuilles mortes au vent qui se lève et les emporte
bruire aux oreilles des gueux

feuilles dentelées des châtaigniers se posant délicatement
l’air arasé par la faux

crescendo

l’âne

braie


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page