Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Marc Kauffmann, poèmes

Marc Kauffmann, poèmes

26 avril 2014

par Marc Kauffmann

Comme on parle aux étoiles

Gefühle lassen sich nicht einfach beenden

1.

la blessure ne se referme pas
tu l’amènes à la parole
au cœur de ta langue
et de ses invisibles transactions

tu entres en toi-même
si tu trouves une étoile
dans les lointains tu habiteras

si tu continues à vivre
tu t’engageras en silence
dans un dialogue sans fin
avec l’étoile qui se cache en toi

loin de toi, très loin de toi
juste au dessus de ton cœur

2.


sous les battements
de ton cœur
vibre en toi un éclair

état de la langue

les mots primitifs sont des coquillages de pierre
venus des temps qui défient la mémoire
l’orage qui vient roule ces témoins silencieux
au bas de la colline entre les pieds de vigne
ombres arrêtées d’une vie à jamais figée

les échelles ne sont pas seules à monter
vers l’éther et à caresser les étoiles

faut-il vraiment traduire chaque mouvement
de l’âme qui se meut dans ta chair
et qui meurt au seuil de l’infini
(tu appelles cela comme tu veux, comme tu peux)

en mémoire de mon frère le musicien
mort de n’avoir pu se libérer à temps
de ce qui l’empoisonnait de ce qui l’a ruiné
et si on allait tout simplement ailleurs

si tu repars d’où tu es venue
reviens pour mieux repartir

3.

dans le tohu bohu planétaire
suis le chemin des étoiles

les mains de l’étrangère
t’ont tendrement effleuré
tu rêves sa présence
comme si c’était ta vie

à la brisure du plus intime
là où se touchent les mondes
ouvert aux quatre vents
s’est formé au fil des saisons
ce qui donne de l’avenir au passé

une langue écartelée sans unité
pulvérisée par les fracas de l’histoire
seule pourtant à nous dire
à dire sans fard le meilleur de nos jours

la vie partagée est diaphane
même si le souffle de l’autre
donne l’éternité dans l’instant

le monde s’offre à nous
et tremble de cette nudité fragile
tel un visage d’une éphélide
sur le point de paraître ou disparaître

4.

toujours à mâcher et à remâcher les choses
à assurer chacune et chacun de sa présence

danser la vie en se dépêchant de mourir lentement

adoucir les mots, tous les mots
parce que les rêves ne sont pas que des rêves

le reflet diapré du jouir
dans l’étreinte du noir

si tu entends des voix en toi
il te faudra devenir ces voix

tu portes leur alliance en toi
(toi qui n’es pas même des leurs)

préserve le repos de leurs pères
de leurs mères de la communauté
disparue dont ils ne parlent plus
une langue devenue imprononçable

Schibboleth

mi-voix mi-ciel
devant la porte

5.

remettre les pieds dans les pas
de celles qui se sont effacées

tu n’as pas oublié ni enfoui en toi
la chambre de la morte et ses ombres
tu vois toujours se profiler à l’horizon
l’envahissement enténébré de la vie
et les hauts peupliers de l’enfance

tu remontes à la lumière
et tu tiens en offrande lyrique
les maux qui t’ont démembré

trouve en l’autre l’amie la sœur
et c’est une femme que tu trouveras

peut-être persistera enfin quelque chose
comme l’indicible pureté des cœurs

tu as été touché avant de penser
je suis touché avant de te sauver

irgendwie sind die Grenzen
fließend

6.

tout vient en une fois

les mots assemblés n’ont laissé place à
aucun remords nul besoin d’avouer
leur vérité était là depuis longtemps
à disposition entière nue et belle

les rendez-vous manqués font aussi les liens
(des amitiés stellaires)

„ ce que chacun porte en soi
est ce qui est en partage „

peut-on montrer sans les gestes qui dévoilent
les mots qui libèrent les sourires qui apaisent

instants pleins d’une rêverie qui éternise

persiste donc à rêver ce qui t‘autorise
plus de rêve ce peu qui infinitise tout vie

7.

sans arrêt tu cours d’un lieu à un autre
tu es un feu follet dans une vie spectrale

tu es celle qui passes à travers toutes
les formes que tu rencontres

„ il reste tant et tant de vies
à vivre, à croiser, à rêver „

durant la nuit on se dit
tout ce qui reste tu durant le jour

au point sagittal tu apprends à nouveau
la langue que l’histoire t’a volée
sans plus jamais te redonner
ce qui depuis lors te manque

sans violences ni oppression inutiles

par la seule vertu de l’amitié
qui rend proches les langues
les êtres et leurs constellations

8.

la fenêtre s’ouvre sur un cerisier blanc

derrière lui un cyprès
au tronc fendu expose
une plaie béante au soleil

tu souffres avec lui de la blessure
des mots qui ont tant de mal
à trouver leur chemin en toi

pourquoi l’excès d’intériorité
se brise-t-il sur le cours de la vie
pour se répandre ensuite dans chaque cœur

j’ai dessiné le battement de tes paupières
comme une figuration de l’absolu
le temps que dure une vie sur la terre

à présent tu peux parler
comme on parle aux étoiles
quand elles illuminent notre front




temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page