Temporel.fr

Accueil > à propos > La lutte avec l’ange > Le motif tel qu’il fut peint (le combat)

Le motif tel qu’il fut peint (le combat)

1er février 2006

par Guy Braun

Comme toutes les interprétations bibliques, la lutte avec l’ange offre la possibilité de se livrer au jeu des comparaisons. Elle permet aussi de s’immiscer dans la réflexion créatrice. Face au texte, que va-t-on privilégier ? C’est bien sûr l’époque puis la sensibilité qui dicteront les choix picturaux, mais au-delà des siècles les artistes peuvent aussi converser. En effet, les grands moments de la Genèse imposent une lecture qui doit être suffisamment elliptique pour ne pas tomber dans l’illustration de catéchisme. En choisissant un éclairage plutôt qu’un autre, l’artiste affirme une préoccupation qu’il n’aurait pas mise à jour sur un sujet plus personnel.

Le combat | La fusion | la danse


Delacroix
 
DelacroixG
 
Vezelay
Lorsqu’il insiste sur le combat, et c’est l’expression anglaise « wrestling » qui semble la plus appropriée, la lutte. [1]   Le « Glébeux » affronte l’éther indifférent et conciliant. Le muscle, la force et la violence d’un combat inhumain sont les qualités premières de celui qui ne renonce pas.

 

  Dans ce registre, le chapiteau de Vézelay donne déjà une représentation belliqueuse, avec cet « alpagage » de l’ange. [2]
 
image7.jpg
 
ailes
Gustave Doré présente un ange vigoureux et rigide qui semble interdire l’accès au sommet de la colline. Mais à la différence de Delacroix, l’ange de G. Doré est vaporeux [3]   Il me rappelle cette carte postale que ma mère m’avait offerte et qui représentait un ange gardien veillant sur des enfants qui jouaient au bord d’un ruisseau. [4]

 

 
Chez Delacroix, l’ange est, exception faite du visage, un lutteur aux jambes robustes et aux lourdes ailes d’acier.
Gaugin
 
 
kaimen
Paul Gauguin choisit une autre mise en scène : il introduit le ring (de sang) et le spectacle n’en est que plus physique. [5]
  Cette lutte est encore très violente dans la représentation qu’en donne Claude Weisbuch Les poings serrés de Jacob cherchent-ils à frapper ou à protéger ? [6]   Pour finir cette lutte virile,la quelle de ces lignes vigoureuses doit on attribuer la transcendance ? Ne trouverait-on pas dans cette représentation de Kaimen, une réponse au dédoublement des acteurs ? [7]
         

Notes

[1Eugène Delacroix, La lutte avec l’ange, chapelle des Saints-Anges, Saint Sulpice Paris. Pour ce qqui se rapporte à la Chapelle Saints-Anges on lira le livre de Jean-Paul Kauffmann la lutte avec l’Ange éd. La Table ronde. Paris

[3Gustave Doré, 1855
Granger Collection, New York http://www.ibiblio.org/wm/paint/auth/dore/

[4collection, carte postale, particulière !

[5Gauguin Vision Après Un Sermon Sur La Lutte De Jacob et de l’ange Edimburgh Artchive

[6Claude Weisbuch, Works on Paper (Drawings, Watercolors 100 x81 cm. http://www.artnet.com/artwork/424027112/claude-weisbuch-lutte-avec-lange.html

[7Kainen Jacob And The Angel Smythsonian. on peut retrouver toutes ces reproductions sur le site http://image26.serveftp.net/1T/Gen3201_Jacobsfight_reconciliation/index.htm


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page