Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Jean-Marc Simonnet, poèmes

Jean-Marc Simonnet, poèmes

29 avril 2012

par Jean-Marc Simonnet

JPEG - 518.4 ko

un arbre cédé pour presque rien
à qui montera ces marches le premier
pas une affaire de mendiant
une crinière de race
ses racines ont traversé la terre tout entière
pour voir même le jour la nuit
il est calme et vaste
jamais vents ne l’accablent
on le sait absorbé à nourrir voiles et saxophones
mille nids treillés l’animent
nulle mousse ne s’y risque
que de frelons le gardent
on le visite de loin
car personne ne peut l’approcher
à moins de milliards de mètres
d’ailleurs qui l’a déjà vu ?
seul le cinéaste qui a filmé sa vie
µ
et dont les rushes traînent au sol
des courroies de péloche
Encombrant l’escalier
ruiné par l’immobile scénario
qui l’a mené aux confins du doute
il cède ses droits à qui montera ces marches le premier
c’est une aubaine
une cérémonie terrible
les tenues seront chic
costume ambre pour les hommes
un brin de blush pour les femmes
une avant-première
qui marquera son temps
la fin de l’arbre X

JPEG - 304.3 ko

tous les mots font signe
tous les mots sont beaux
en ville j’erre foulant des parterres
tracés par des mâles daims
vivant dans les pâtures
tous les mots sont dignes
tous les mots sont faux
calqués sur des récifs
dès la seconde minute
heurtés par une coque
laissée par mépris sur mon passage
trébuchant de toutes mes mains
il est trop facile d’écrire en chien de fusil
sous les clapots et les rires animaux
ne pensez pas à mal lorsque du fond du parc
déboule l’armée tremblante
ses gens ignorent tout du genre
quand ils vous serrent
contre leur peau de sable
imitant le teint des ergs
ils ne bluffent qu’eux-mêmes
ils souffrent tous de vanité
marchant sans cesse d’un pas faisant barout
cerfs et chevaux aiment à dîner paisibles
tard le soir


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page