Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Jean-Marc Simonnet, poèmes

PDF - 435.1 ko
J-M.Simonnet Poèmes

Jean-Marc Simonnet, poèmes

26 septembre 2011

par Jean-Marc Simonnet

Extraits de "Pour une herméneutique du B-A BA" – 06.2011 -
(Suite de 275 poèmes en fer taillés sur place et rangés sur un fil tendu entre ma peau au frais).

PNG - 29.6 ko
J-M.Simonnet Poèmes

Un tableau, un asciigramme, se compose de texte, prose ou phrasé poétique, associé à une image d’art ASCII [1] servant de support ou de pendant graphique. Ainsi un texte peut-il s’inscrire en saprophyte intriqué dans les espaces vacants du graphisme, palisser une séquence esthétique, ou encore procéder d’une technique mixte. Chaque vue présente donc une combinaison de caractères entre ceux formant une image et ceux de l’écrit afférent.
"Poème de l’étoile courante" aborde la question de l’équivalence pondérale entre une jambe humaine et un nuage d’averse : quelle taille devrait avoir un nuage fixé à un cotyle pour respecter l’équilibre des masses ?
Dans "poème angora", l’épure d’un bloc-cylindres oppose le raffut du moteur à explosion à la quiétude d’un chat, réhabilite la brouette comme ustensile symbolique d’une activité humaine raisonnable, le tout dans l’atmosphère ouatée d’un monde entièrement tricoté.
L’idée de concevoir une telle galerie est venue de la nécessité de réaliser un chemin poétique en pas japonais afin de progresser sur terrain stable. De ces planches de guingois voici quelques pièces afin d’en attester la réalité.
Car pour avoir bu la vie cul sec, je paye aujourd’hui, au prix fort, des arriérés de droit d’accise. La mémoire altérée jusqu’à l’oubli du presque tout, les souvenirs à l’étiage, la lumière du larynx réduite par de mauvaises boursouflures, le corps déliquescent dicte sa conduite inqualifiable. Passé lézardé, futur hasardé, ne semble subsister que le présent, campé de bric et de broc, émaillé de vague et de flou, jouant maintenant de sa crédibilité.

PNG - 9.3 ko
J-M.Simonnet Poèmes

Car si je tourne la tête
En ce moment même, ici
Le soleil frappe le lac à facettes
Ça pétille dru là-dessus
Un vrai catadioptre dont mes mains en coupe veulent capter des éclats
Ça forme des pétéchies fugaces en surface
Des tessons d’agates vives
Des copeaux de billes rubis
Si impalpables qu’ils passent entre mes doigts
Descendent vers le fond
Pour émailler de quelques reflets d’écailles
Le grand silure noir au regard de vase

Notes

[1L’art ASCII(American Standard Code for Information Interchange « Code américain normalisé pour l’échange d’information ») consiste à utiliser le jeu des caractères typographiques pour réaliser des représentations graphiques à l’aide d’un logiciel de traitement de texte.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page