Temporel.fr

Accueil > à l’orée > Hommage à Marcel Horclois

Hommage à Marcel Horclois

26 septembre 2011

par atelier GuyAnne

JPEG - 76.2 ko

Marcel Horclois nous a quittés le 29 octobre dernier, dans sa quatre-vingt-dix-huitième année. Nous l’avions connu en 1975 à l’atelier du Sorbier, où nous apprenions le dessin et la gravure. Il avait alors l’âge que nous avons maintenant, à quelques années près. Nous nous souvenons de sa bonhomie, de ses exclamations, de ses yeux rieurs, du timbre de sa voix quand, essuyant sa plaque pour le tirage, il s’écriait : « Ah, la gravure ! Tout est dans l’essuyage ! » Un jour, en l’absence de modèle, il avait accepté de poser, assis sur une chaise, sa casquette sur la tête, pantalon de velours et chemise à carreaux, très certainement.

Fusain, Anne Mounic

Nous ne nous sommes jamais perdus de vue, nous rendant à la mairie du sixième lors des expositions des peintres de l’arrondissement, ou bien au Procope, où il avait exposé. Il nous avait reçus dans son atelier de relieur de la rue Gît-le-Cœur, même s’il n’exerçait plus

JPEG - 59.6 ko
Eau-forte de Marcel Horclois

la profession familiale. Il avait enseigné le dessin à la Ville de Paris. On le rencontrait quelquefois à la terrasse d’un café, au Châtelet ou bien à la Brasserie Lipp. Nous l’avions même croisé une fois alors que, campé sur le boulevard Saint-Germain près des grilles du musée de Cluny, il dessinait l’hôtel qui, en face, fait l’angle avec le boulevard Saint-Michel. Une commande.

JPEG - 107.4 ko
Aquarelle de Marcel Horclois

On n’oublie pas une personnalité du genre de celle de Marcel Horclois ‒ cette indépendance farouche, une passion : la peinture et le dessin, et ce désir de vivre et d’être heureux en dépit de toutes les difficultés de la vie.

Nous avons retrouvé le dessin : il avait ôté sa casquette.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page