Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Hölderlin, par Nicolas Class

Hölderlin, par Nicolas Class

22 septembre 2014

par Nicolas Class

Der Wanderer
Erste Fassung

Friedrich Hölderlin

Friedrich Hölderlin, pastel par Franz Karl Hiemer, 1792.

Einsam stand ich und sah in die Afrikanischen dürren

Ebnen hinaus ; vom Olymp regnete Feuer herab.

Fernhin schlich das hagre Gebirg, wie ein wandelnd Gerippe,

Hohl und einsam und kahl blickt aus der Höhe sein Haupt.


Ach ! nicht sprang, mit erfrischendem Grün, der schattende Wald hier

In die säuselnde Luft üppig und herrlich empor,


Bäche stürzten hier nicht in melodischem Fall vom Gebirge,

Durch das blühende Tal schlingend den silbernen Strom,


Keiner Herde verging am plätschernden Brunnen der Mittag,

Freundlich aus Bäumen hervor blickte kein wirtliches Dach.


Unter dem Strauche saß ein ernster Vogel gesanglos,

Ängstig und eilend flohn wandernde Störche vorbei.


Nicht um Wasser rief ich dich an, Natur ! in der Wüste,

Wasser bewahrte mir treulich das fromme Kamel.


Um der Haine Gesang, um Gestalten und Farben des Lebens

Bat ich, vom lieblichen Glanz heimischer Fluren verwöhnt.


Aber ich bat umsonst ; du erschienst mir feurig und herrlich,

Aber ich hatte dich einst göttlicher, schöner gesehn.

Auch den Eispol hab ich besucht ; wie ein starrendes Chaos

Türmte das Meer sich da schröcklich zum Himmel empor.


Tot in der Hülse von Schnee schlief hier das gefesselte Leben,

Und der eiserne Schlaf harrte des Tages umsonst.


Ach ! nicht schlang um die Erde den wärmenden Arm der Olymp hier,

Wie Pygmalions Arm um die Geliebte sich schlang.


Hier bewegt er ihr nicht mit dem Sonnenblicke den Busen,

Und in Regen und Tau sprach er nicht freundlich zu ihr.


Mutter Erde ! rief ich, du bist zur Witwe geworden,

Dürftig und kinderlos lebst du in langsamer Zeit.


Nichts zu erzeugen und nichts zu pflegen in sorgender Liebe,

Alternd im Kinde sich nicht wiederzusehn, ist der Tod.


Aber vielleicht erwarmst du dereinst am Strahle des Himmels,

Aus dem dürftigen Schlaf schmeichelt sein Othem dich auf ;


Und, wie ein Samenkorn, durchbrichst du die eherne Hülse,

Und die knospende Welt windet sich schüchtern heraus.


Deine gesparte Kraft flammt auf in üppigem Frühling,

Rosen glühen und Wein sprudelt im kärglichen Nord.

Aber jetzt kehr ich zurück an den Rhein, in die glückliche Heimat,

Und es wehen, wie einst, zärtliche Lüfte mich an.


Und das strebende Herz besänftigen mir die vertrauten,

Friedlichen Bäume, die einst mich in den Armen gewiegt,


Und das heilige Grün, der Zeuge des ewigen, schönen

Lebens der Welt, es erfrischt, wandelt zum Jüngling mich um.


Alt bin ich geworden indes, mich bleichte der Eispol,

Und im Feuer des Süds fielen die Locken mir aus.


Doch, wie Aurora den Tithon, umfängst du in lächelnder Blüte

Warm und fröhlich, wie einst, Vaterlandserde, den Sohn.


Seliges Land ! kein Hügel in dir wächst ohne den Weinstock,

Nieder ins schwellende Gras regnet im Herbste das Obst.


Fröhlich baden im Strome den Fuß die glühenden Berge,

Kränze von Zweigen und Moos kühlen ihr sonniges Haupt.


Und, wie die Kinder hinauf zur Schulter des herrlichen Ahnherrn,

Steigen am dunkeln Gebirg Festen und Hütten hinauf.


Friedsam geht aus dem Walde der Hirsch ans freundliche Tagslicht ;

Hoch in heiterer Luft siehet der Falke sich um.


Aber unten im Tal, wo die Blume sich nährt von der Quelle,

Streckt das Dörfchen vergnügt über die Wiese sich aus.


Still ist’s hier : kaum rauschet von fern die geschäftige Mühle,

Und vom Berge herab knarrt das gefesselte Rad.


Lieblich tönt die gehämmerte Sens und die Stimme des Landmanns,

Der am Pfluge dem Stier lenkend die Schritte gebeut,


Lieblich der Mutter Gesang, die im Grase sitzt mit dem Söhnlein,

Das die Sonne des Mais schmeichelt in lächelnden Schlaf.


Aber drüben am See, wo die Ulme das alternde Hoftor

Übergrünt und den Zaun wilder Holunder umblüht,


Da empfängt das Haus und des Gartens heimliches Dunkel,

Wo mit den Pflanzen mich einst liebend mein Vater erzog,


Wo ich froh, wie das Eichhorn, spielt auf den lispelnden Ästen,

Oder ins duftende Heu träumend die Stirne verbarg.


Heimatliche Natur ! wie bist du treu mir geblieben !

Zärtlichpflegend, wie einst, nimmst du den Flüchtling noch auf.


Noch gedeihn die Pfirsiche mir, noch wachsen gefällig

Mir ans Fenster, wie sonst, köstliche Trauben herauf.


Lockend röten sich noch die süßen Früchte des Kirschbaums,

Und der pflückenden Hand reichen die Zweige sich selbst.


Schmeichelnd zieht mich, wie sonst, in des Walds unendliche Laube

Aus dem Garten der Pfad, oder hinab an den Bach,


Und die Pfade rötest du mir, es wärmt mich und spielt mir

Um das Auge, wie sonst, Vaterlandssonne ! dein Licht ;


Feuer trink ich und Geist aus deinem freudigen Kelche,

Schläfrig lässest du nicht werden mein alterndes Haupt.


Die du einst mir die Brust erwecktest vom Schlafe der Kindheit

Und mit sanfter Gewalt höher und weiter mich triebst,


Mildere Sonne ! zu dir kehr ich getreuer und weiser,

Friedlich zu werden und froh unter den Blumen zu ruhn.


*

Le voyageur
Première version

Traduction de Nicolas Class

Je suis resté seul à contempler telle aride plaine africaine

Étendue au loin devant moi ; de l’Olympe il pleut du feu.


Un massif pierreux s’étire là, ainsi qu’un squelette en sa marche,

Relevant son chef esseulé, chauve et creux sur les hauteurs.


Las ! nulle forêt n’épand ici l’ombreuse fraîcheur d’un feuillage,

Magnifique et luxuriante, où viendrait bruire un zéphyr ;


Et pas un torrent mélodieux ne tombe des monts en cascade,

Qu’il serpente au milieu du val, trait d’argent parmi les fleurs ;


Nul troupeau n’attend que midi passe au frais clapotis des fontaines,

Aucun toit hospitalier ne se montre entre les fûts ;


Au sein des buissons ne niche là qu’un sinistre oiseau qui ne chante,

La cigogne en son vol hâtif ne veut point s’y attarder. —


Ce n’est pour de l’eau que j’ai crié, Nature, vers toi au désert :

Le chameau me la préserva, lui, fidèle et magnanime ;


C’est pour le doux bruit de nos bosquets, la vie, les vivants, leurs couleurs

Que, sevré de l’aimable éclat de nos prés, j’orais en larmes.


Et ce fut en vain ! tu m’apparus toute force et flamme à la fois,

Ô toi que j’avais vue jadis autrement divine et belle.

J’ai connu aussi le Pôle Nord : comme en un chaos immobile,

L’océan aux flots démontés à l’assaut du ciel grimpait,


Quand sous son linceul de neige épais la vie entravée agonise,

Qui attend d’un sommeil de plomb le retour du jour en vain.


Las ! il n’étreint point la terre ici, le bras chaleureux de l’Olympe,

Comme eût fait lors Pygmalion, enlaçant la femme aimée :


D’un regard solaire en ce désert il ne fait s’enfler sa poitrine,

Dans la pluie et dans la rosée il ne lui parle en ami.


Et je m’écriai, ô Terre Mère, il me semble que tu es veuve,

Toi qui vis en ces temps songeurs indigente et sans enfants :


Ne rien faire croître, en rien n’avoir souci ni tendresse inquiète

Et, vieilli, ne se reconnaître en son fils, telle est la mort !


Tu t’échaufferas pourtant un jour sous les cieux vibrants de lumière

Dont le souffle éveille les sens, te tirant de ton sommeil ;


Tout comme le grain ensemencé, tu transperceras ton bouton,

Et le monde en mille bourgeons s’ouvrira timidement :


En un frais printemps éclatera ta force longtemps préservée,

Et le Nord stérile connaît le bon vin, la rose en fleur.

Je suis revenu aux bords du Rhin et dans mon pays fortuné

Où s’en vont au devant de moi, comme alors, de douces brises.


Mon cœur, entraîné dans son élan, s’adoucit à voir de ces arbres,

Bien connus, respirant la paix, qui m’avaient bercé jadis ;


Leur sainte verdure est le témoin de la belle vie éternelle

De ce monde et me rafraîchit, me rendant mes jeunes ans.


Je suis devenu vieux entre-temps, car le Pôle Nord m’a blanchi,

Sous les feux du Midi ardents j’ai perdu ma chevelure.


Mais comme l’Aurore étreint Tithon, tu m’as embrassé dans ta fleur,

Souriant chaleureusement, ô patrie, à ton enfant.


Bienheureux pays ! pas un coteau qui ne porte ici de vignoble,

En automne une pluie de fruits tombe sur l’herbe ondoyante,


Les monts éclatants baignent leurs pieds dans les eaux du fleuve amicales,

Les rameaux, la mousse ornent leur front altier ensoleillé ;


Comme des enfants qui montent sur les épaules de leur aïeul,

Châteaux-forts et cabanes se sont juchés sur les collines.


Le cerf sort des bois, qui au grand jour s’avance sans peur par les champs,

Le faucon croise au haut des cieux, escorté de douces brises.


Mais dans la vallée où mille fleurs à la source vont s’abreuver,

Le hameau s’étire à son aise entre les prairies humides.


Tout y est paisible ! on n’entend que le bruit du moulin où l’on peine,

Par les monts le long grincement de sa roue armée de fer.


Et tinte la faux que l’on fourbit, et sonne la voix du bon homme,

Qui conduit la charrue aux champs, guide les pas de son bœuf,


Le chant d’une mère, assise là, berçant son enfant dans la lumière,

Au soleil d’un doux mois de mai qui l’invite à s’endormir.


Mais au bord du lac où les ormeaux épandent leur ombre apaisante,

Dans la cour qu’entoure un enclos de sureaux à l’abandon,


Je retrouve encor cette demeure et l’obscurité d’un jardin

Où jadis mon père m’avait vu grandir avec ces plantes ;


J’y jouais heureux, tel l’écureuil, parmi les rameaux qui frissonnent,

Dans le foin tout plein de senteurs j’y cachais mon front songeur.


Ô terre natale, ô doux pays, que me restes-tu très fidèle,

Tendrement attentionnée, accueillant le fugitif !


Tu m’offres encor plus d’une pêche, et le pampre d’or croît toujours

À l’entour de cette fenêtre avec grâce et y prospère,


Les fruits savoureux du cerisier mûrissent toujours, tentateurs :

À la main qui les veut cueillir les rameaux s’en vont les tendre.


M’attire un chemin, ainsi qu’alors, sous l’ample couvert de nos bois,

Enjôleur, loin de nos jardins, ou là-bas au bord des eaux,


Tu le fais rougir à ta clarté, comme t’en jouant, et m’échauffes,

Ô soleil de notre patrie, en ce jour ainsi qu’alors ;


Je bois ton esprit comme ta flamme en ce grand calice amical,

Et mon chef que l’âge a marqué, tu prends soin qu’il ne somnole.


Toi qui sus tirer mon sein songeur du sommeil sans fin de l’enfance,

M’exhorter de tout ton pouvoir à aller toujours avant,


Très tendre soleil, me revoici, à toi plus fidèle et plus sage,

Que je vive en paix et content, reposant parmi les fleurs.


***

Le pays de la mère et la terre du père
Présentation de l’élégie Le voyageur par Nicolas Class

Le Voyageur a été composé entre 1796 et 1797 au cours du séjour de Hölderlin à Francfort. On peut le considérer comme la première des grandes élégies de la maturité du poète. Il en respecte la forme et en suit le mouvement propre : le moi lyrique y passe peu à peu de la désolation à un équilibre reconquis ou retrouvé, en même temps qu’il rentre au pays natal après avoir traversé le Sahara et le Pôle Nord. L’opposition, classique, présente déjà chez Tibulle, entre les zones chaudes, froides et tempérées doit représenter un progrès intérieur vers la paix de l’âme qui se reflète dans l’harmonie des paysages de la Rhénanie et de la Souabe. Et c’est sans doute pourquoi une seconde version datant de 1800 ne consistera pas tant à réécrire le poème qu’à y introduire quelques brèves variantes, destinées surtout à souligner dans le ton et l’expression la parenté avec les élégies écrites cette même année.

Mais ce mouvement ou ce progrès élégiaque n’est pas encore explicitement formulé dans les termes que d’autres poèmes plus tardifs ou que les essais théoriques nous ont rendu familiers. Il n’apparaît pas explicitement comme la résolution d’une triple crise que l’on pourrait qualifier à la fois de crise « adolescente », « amoureuse » et « historique », et qui se trouvait déjà au cœur du genre adopté par Hölderlin. On n’y voit pas un jeune homme s’émanciper de la nature et de la société pour s’affirmer dans la conscience qu’il prend de lui-même et qui va dorénavant décider de ses actes. On n’y voit pas davantage un amoureux déplorer la perte de son aimée et poursuivre cependant le cours de sa vie malgré le vide créé par l’absence. Et on n’y voit pas non plus une société en décomposition dont la peinture serait opposée à celle d’une société réordonnée et renouvelée.

Tous ces éléments thématiques entraient cependant dans le roman Hypérion dont le premier volume paraît justement en 1797. Le personnage éponyme y est bien présenté comme ayant surmonté cette triple crise, de sorte qu’il n’est pas seulement dans la situation de « l’ermite en Grèce », ainsi que le laisse entendre le sous-titre de l’ouvrage, mais tout aussi bien dans celle du poète élégiaque se rappelant sa jeunesse et des temps qui ne sont plus. Et à considérer de plus près l’élégie latine et le De la nature de Lucrèce, force est de constater qu’on n’a pas vraiment à faire aux effusions sentimentales ou nostalgiques que nous avons fini par associer à ce genre mais bien à une peinture de mœurs et à une critique du temps. Il n’est donc guère surprenant que Hölderlin se soit tourné vers l’élégie pour reprendre et renouveler, dans une perspective plus précisément lyrique, la thématique qu’il avait abordé d’abord de manière narrative dans son roman et de manière critique dans ses essais ou sa correspondance.

Pour ne pas être explicitement abordée, cette crise n’en est pas moins présente dans Le voyageur. En dépit des apparences, souvent trompeuses, ce poème ne relève pas plus de la poésie descriptive que de la confession intime. L’intention qui préside à sa composition comme au mouvement qui l’anime n’est pas simplement d’évoquer les charmes des paysages de la région de Stuttgart ou de Francfort ni davantage la joie et le bonheur gagnés avec l’amour pour Susette Gontard. Ce n’est pas tant que ces données n’interviennent pas, mais elles demeurent de simples incidentes ou des causes occasionnelles ; l’anecdotique est transposé dans le type qui rend universel le vécu singulier. Et c’est sans doute pourquoi le ton et l’expression d’un tel poème le distingue si nettement de la poésie descriptive alors à la mode en Angleterre ou des épanchements qui allaient bientôt être de mise chez les poètes romantiques à travers toute l’Europe.

La présence de la crise élégiaque dans le voyageur devient en effet manifeste si l’on considère la manière dont la nature, la terre-mère et la patrie, ou le soleil de la patrie, — le terme allemand est féminin, — sont successivement évoqués dans les trois parties du poème. C’est ici le rapport à la figure de la mère qui en est le principal vecteur. Ce rapport s’avère aussi difficile qu’ingrat, dans la mesure où la forme qu’il est contraint de revêtir apparaît comme la conséquence d’un rapport oblitéré entre cette figure de la mère et celle du père. L’abandon de la mère par le père, l’absence et le manque qui en résultent en font une veuve, qui est aussi une marâtre, et cette évolution vaut autant pour le rapport individuel de la mère veuve et du fils orphelin que pour le rapport archétypal de l’homme à la nature, quand la terre, séparée du ciel, émasculé, n’engendre plus que des monstres qui mettent en péril l’établissement du séjour des mortels. L’arrachement civilisateur est donc doublement nécessaire : il faut sortir de l’état de nature comme on sort de l’état d’enfance, et, de même qu’il n’est de passage à l’âge adulte que dans la séparation d’avec la mère, il n’est de retour au pays de la mère que dans la recherche de la terre du père.

Sans doute terre natale et patrie se confondent-elles factuellement aussi bien que sentimentalement. Mais le pays de la mère et la terre du père relèvent d’une dialectique plus originelle que leur confusion, entretenue par l’usage approximatif du lexique aussi bien en allemand qu’en français, ne permet pas toujours de percevoir. Ainsi le pays de la mère renvoie-t-il au sol sur lequel une plante pousse et ses fruits peuvent mûrir, alors que la terre du père se définit à travers une institution qui la fait exister et par rapport à laquelle il est possible d’orienter son propre effort pour persévérer dans l’être. Aussi la terre du père se dérobe-t-elle et échappe-t-elle au voyageur. Le déplacement dans l’espace et le temps ne permet pas de la trouver, dès lors qu’il faut la fonder en raison et en volonté. S’il est toujours loisible de revenir sur les lieux de son enfance, on n’y revient que rarement avec bonheur, quand bien même ce retour serait ardemment souhaité et adroitement entrepris. Car, s’il n’est pas devenu aussi la terre du père, le pays de la mère n’est plus qu’un désert où les choses ne parlent plus à notre âme, car elles ne peuvent faire l’objet d’une parole qui les nomme et les institue dans notre partage.

Devenu adulte, l’enfant ne peut plus être l’enfant chéri, s’il l’a jamais été, puisque, précisément, ce n’est plus un enfant. Les choix qu’il s’est vu imposer l’amènent toujours à suivre une voie qui, pour être semblable à celle de tant d’autres, est suivie d’une manière à chaque fois singulière, qui distingue et isole. La mère, dans sa dimension solaire, est assurément la force qui amène à maturation mais tout aussi bien celle qui flétrit, tant par l’excès que par le défaut de sa chaleur, dès que son irradiation n’est plus tempérée par la présence du père. Ainsi le voyage évoqué par l’élégie hölderlinienne n’est-il pas tant un voyage réel qu’un voyage intérieur dans lequel le moi lyrique cherche à équilibrer les mouvements antagonistes de sa psyché qui ne sont à leur tour que l’écho ou le reflet d’une présence au monde marquée par la déréliction, la finitude et le déclin. Ce thème reviendra avec une insistance d’autant plus grande dans les hymnes tardifs de Hölderlin, — qui sont autant des chants de la patrie que de la terre natale, — que le retour désiré s’avérera toujours plus irrémédiablement impossible.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page