Temporel.fr

Accueil > à propos > Guerre et paix > Francis Andrews Poèmes retrouvés par hasard

Francis Andrews Poèmes retrouvés par hasard

26 avril 2014


Un Paysage
Six Poems / Six poèmes

followed by two additional poems (1915 and 1918) / suivis de deux autres poèmes (1915 et 1918)

Trois Vaux

Good Friends, I bid you listen while I sing
Of quiet places hiding in the hills,
Where slopes a mead as mantle of a King
All dight in Spring with jingling daffodils.

And of these places of the wavering mist,
With ricks embattled in the open fallow,
I sing you these, wherethrough, with many a twist,
The grey road goeth : one is brown and shallow,
As ‘twere the hollow of a labourer’s hand,
And thence the road dips down to a deeper land,
Where stands a pale trunked Beech as sentinel.

And, lo, one hears the little convent bell,
Borne from the further valley of no wind,
Where oak and ash and yellow poplars dwell,
Their beauty deep in changeless pools enshrined.

And now sweet hills do guard me all around,
Walling my heart from loving else but these,
The odour-laden shimmering silences,
Where drones the bee above the blossoming mound.

O vagabond that would with magic dwell,
There suddenly may gleam a loosened sword,
Upon yon edge may dawn a miracle,
The wide-thrown banner of the Lord.

O dreaming lad, asprawl upon the green,
The Prince of Love may find you unaware,
His retinue of laughing earls and queen,
With tendrilled crowns upon their plaited hair.

But most it seems, so sudden turns the pass,
Ere I be ‘ware I shall behold a throng
Dancing around a peasant on his ass,
With gathered palms and worship a song.

***

Ramecourt

The snowdrop is the new year’s bride,
She rises from her bed,
And in the wood on the long hillside,
She coyly hangs her head ‒
In the long wood on the green hillside,
When the keener winds are sped.

From where she rises she can see,
Bright with the wind and winter rains,
The slate-roofed church, the hostelry,
The pentice and the wains ‒
The red sun rising she will see,
Gild polished window-panes.

Around her stand, all leafless still,
The half-awakened trees,
She hears the magpie on the hill,
Above the villages.
But the laughing English soldier throng,
Who filled the woods with outland song,
The bride no longer sees.

***

Hernicourt

Two chateaux at Hernicourt
Stand smiling very fair,
One deep within the water’s flow,
The other in clean air.
The one is plaster, brick, and wood.
The other of the winds’ own mood,
The rains’ own wish, the clouds’ own will.
Dances in water green and deep,
Where lank weeds stir and lilies sleep.

To threshing time at Hernicourt
The good land sends its gift,
The husk flies in the village street,
And glistens in the lift.
A pigeon cranes his rainbow neck,
Then waxing overbold,
A thought into a poet’s mind,
He floats among the gold.

***

St-Pol-sur-Ternoise

On Mondays there were crowds in crooked streets
And braying asses tethered to the curb,
Where buxom women chaffered noisily.

On other days your cobblestones had rest,
Save where the guns were trundled, lorries thundered,
Or where the regiments sang an English song.

Here, in and out a river makes its way,
Playing at hide-and-seek between old houses,
Or tumbling headlong through half-opened sluices.

Here suddenly is glimpsed beyond a gate,
A tended garden of espalier trees,
Where leeks and beans stand greenly on parade.

O little town who trafficked, grieved, and feasted,
Stirred in your sleep at sound of marching men,
And heard with wonder outland voices singing,
Strong with deep feeling that you mattered much,
Glad with the pride that comes of sacrifice,
And emblem, with your alleyways and twinings,
Of that surprise and shadow, twist and turn,
The soul !

***

Croix

Of Croix, two things remembered
(My village of the plain),
One is a creaking window
That opened on the lane,
The other is a peasant mother
Whose lad was in Lorraine.

The little creaking window
Was opened to the morn,
And through it came the incense
That fumed along the thorn ;
A little lattice window,
There just above my head,
Which caught the morning splendour
Of grey and golden red.

Her breast with kerchief folden,
Her broad boots clamped with nails,
In morning twilight golden,
She bore the balanced pails ‒
The Lord had spread her shoulders
For balancing of pails.

Her cheeks were lined and hardened
By sun and frost and shower.
The hoe had changed her fingers
To leathern thongs of power.
Yet tenderness upon her
Had set a wondrous sign,
A lad’s name glowed within her,
As firelight glows in wine.

Of two things I remember,
One is by fancy stored,
The other, Love is guarding
Among his counted hoard ;
One is a creaking window
Above the rutted lane ;
The other was a mother
Whose lad was in Lorraine.

***

Buneville

Our tunics grey with dust that rose
In whirls behind the market wains,
A bank of tender grass we chose,
Green with remembered rains ;
Hard by a little house had place,
Beneath a walnut tree,
And Blessed Mary, full of grace,
Stood there for men to see.

A purple robe with stars besprent,
Among her floated down,
And her fair moulded arm was bent,
To make the Christ a throne ;
And there were waxen candles three,
Yellow as olden ivory.

The lark calls loud at Buneville
To sparrows in the wheat,
The golden elms at Buneville
Do guard a fair retreat ;
But lonely ‘neath a walnut shade,
Where whirling dust is piled,
There stands the everlasting Maid,
With eternal Child.

***

The Cost

“Greater love than this hath no man ...”

The young man home from war,
Clean-limbed and strong,
His face is stern,
His voice is low and even, passionless,
His eyes are calm.

What have you seen ?
What tense and solemn musing sets its mark
Upon your brow ?

“This, ...
The dead but die and dying are released,
It is the living body which enchains
Our souls to horror !
So have I given
My soul for you, a spiritual mighty gift !
For I can look
Upon the limbs and broken flesh of men
Which once were beautiful,
And shed no tears !

“And this again !
Men laugh to die,
But God has doomed to life
My body through the whelm and shock of war
And after it !
How shall I know
Peace in the night of dreams until I die ?
For lo ! the stain of twice ten thousand deaths,
Seems grav’n with steel upon my inmost soul.”

What answer can I give
The full-lipped and mighty-limbed
Young hero from the war ?

“The dead but die and dying live with God,
It is the living body which enchains
My soul to horror !”

And this he gives,
That you and I and England may be free !

***

November

The fitful moon but mocks the stooping hills.
There is a terror in the trembling dale,
The frightened stars are dimmed and wholly fail,
Whelmed by the rushing anger, which now fills
The topmost dome of midnight : Loudly shrills
The strife emboldened trumpet, and the wail
Of unremembered battles fills the tale
Of weird swift clash of unrelenting wills.

‘Tis reverent to listen, now the night
Seems one long shouting prophecy of scorn
Which, in some far November of the years
Shall burst upon man’s pettiness and smite
His shallow institutions, that the morn
May wake to gleam, more golden, after tears ...

Trois Vaux

Mes amis, je vous en prie, écoutez-moi chanter
Ces lieux paisibles dissimulés dans les collines,
Où s’incline une prairie comme manteau princier
Toute parée, printanière, d’un tintement de jonquilles.

Et de ces lieux de brume tremblante,
Meules en bataille sur la terre en jachère,
Je vous chante ceux que, par nombre de lacets,
Traverse la route grise : l’un d’eux, brun et aussi peu profond
Que le creux dans la main de l’ouvrier,
Voit plus loin ployer la route dans une dépression,
Un hêtre au tronc pâle se dressant comme sentinelle.

Et voici qu’on entend la petite cloche du couvent,
Venue de la vallée voisine, à l’abri du vent,
Là où demeurent les chênes, les frênes et les peupliers jaunes,
Leur beauté enchâssée dans l’eau profonde des étangs immobiles.

Douces collines, entourez-moi, veillez sur moi désormais,
Fortifiant mon cœur contre un amour qui serait infidèle
A ces chatoyants silences chargés de parfums,
Où bourdonne l’abeille par-dessus le mamelon en fleur.

O vagabond qui voudrais faire de magie sa demeure,
Là d’un coup peut luire un glaive mis au vent,
Sur cette arête là-bas peut naître un miracle,
L’ample étendard d’or de notre Seigneur.

O jeune garçon rêveur, étendu sur le pré,
Le Prince de l’amour peut te surprendre,
Son escorte de comtes en joie et sa reine
Aux cheveux tressés couronnés de vrilles.

Mais surtout semble-t-il, tant s’incurve soudain le pas,
Inopinément je vais voir une foule danser
Autour d’un paysan monté sur son âne,
Une foule portant des rameaux et chantant son adoration.

***

Ramecourt

Le perce-neige, la fiancée de l’An neuf,
Surgit de sa couche, s’éveille,
Et dans le bois sur le long coteau,
Modestement baisse la tête ‒
Dans le long bois sur le vert coteau
Lorsque s’élancent les vents les plus âpres.

A l’endroit où elle point, la fiancée voit,
Eclatants sous le glacis des bourrasques d’hiver,
L’église au toit d’ardoise, l’auberge,
L’appentis et les charrettes ‒
Le lever du soleil rouge, elle verra,
Des vitres brillantes d’or.

Autour d’elle se dressent, encore nus,
Les arbres à moitié éveillés,
Elle entend la pie sur la colline,
Au-dessus des villages.
Mais la cohue et le rire de la soldatesque anglaise
Qui emplissait les bois de chants d’ailleurs,
La fiancée ne les voit plus.

***

Hernicourt

A Hernicourt sont deux châteaux
Dont le sourire est beau.
L’un s’enfonce profond dans le cours d’eau,
L’autre se dresse dans la clarté de l’air.
L’un, de plâtre, de brique et de bois.
L’autre, au gré de l’humeur des vents,
Des souhaits de la pluie, de la volonté des nuages,
Danse dans la profondeur de l’eau verte
Où remuent de maigres herbes folles et dorment les nénuphars.

A l’époque du battage à Hernicourt
La bonne terre envoie ses dons,
La balle vole dans la rue du village,
Et luit en se soulevant.
Un pigeon tend son cou d’arc-en-ciel,
Puis, en un excès d’intrépidité,
Dans l’esprit du poète il lance,
Une pensée au cœur de tout cet or.

***

St. Pol-Sur-Ternoise

Le lundi on voyait des foules dans les rues sinueuses
Et des ânes brayant attachés au bord du trottoir,
Où des femmes bien en chair barguignaient à grand bruit.

Les autres jours tes pavés se reposaient,
Sauf aux endroits où l’on traînait l’artillerie, où grondaient les camions,
Ou bien là où les régiments chantaient une chanson anglaise.

Ici, de-ci de-là serpente une rivière,
Jouant à cache-cache entre les vieilles maisons,
Ou dégringolant la tête la première à travers des écluses entrouvertes.

Ici tout à coup on aperçoit derrière un portail
Un jardin soigné d’arbres en espalier,
Où poireaux et haricots forment les rangs pour un défilé de verdure.

O petite ville qui, trafiquant, pleurant, festoyant,
Remuais dans ton sommeil au bruit des hommes marchant au pas cadencé,
Et t’étonnas d’entendre chanter des voix d’ailleurs,
Forte du sentiment profond de ton importance,
Rayonnante de la fierté qui vient du sacrifice,
Emblème, avec tes ruelles et tes plantes volubiles,
De cette surprise et ombre, tours et détours,
L’âme !

***

Croix

De Croix, deux choses en mémoire
(Mon village de la plaine),
L’une est une fenêtre qui grinçait
Et s’ouvrait sur le chemin,
L’autre, une paysanne, une mère
Dont le fiston se trouvait en Lorraine.

La petite fenêtre qui grinçait
S’ouvrait au matin,
De là venait l’encens
Dont le parfum parcourait l’aubépine ;
Petite fenêtre treillissée,
Là, juste au-dessus de ma tête,
Saisissant la splendeur matinale
Du gris et du rouge doré.

Sa poitrine couverte d’un foulard croisé,
Ses gros souliers fixés avec des clous,
Dans l’aurore dorée
Elle portait en équilibre les seaux ‒
Dieu lui avait élargi les épaules
De sorte que les seaux s’équilibrent.

Elle avait les joues ridées et durcies
Par le soleil, le gel et les averses,
La houe lui avait métamorphosé les doigts
En puissantes courroies de cuir.
Pourtant la tendresse avait posé
Sur elle un signe de merveille,
Le nom de son fils rougeoyait en elle
Comme le feu dans le vin rougeoie.

De mes deux souvenirs,
L’un se conserve dans l’imagination,
L’autre, c’est l’Amour qui le garde
Dans le compte de son trésor ;
L’un, une fenêtre qui grinçait
Donnant sur le chemin aux ornières ;
L’autre, une mère
Dont le fiston se trouvait en Lorraine.

***

Buneville

La tunique grise de poussière, qui s’élevait
En tourbillons derrière les charrettes du marché,
Un talus d’herbe tendre nous choisîmes,
Vert de la mémoire des pluies ;
Tout près se trouvait une petite maison
Sous un noyer,
Où la Vierge Marie, pleine de grâce,
Se tenait, à la vue de tous.

Une robe de pourpre piquée d’étoiles
Se drapait sur elle,
Et sur son bras joliment modelé, courbé,
Elle offrait au Christ un trône ;
On voyait aussi trois cierges,
Jaunes comme de l’ivoire ancien.

L’alouette à Buneville appelle d’un chant sonore
Les moineaux dans les blés,
Les ormes dorés à Buneville
Gardent une jolie retraite ;
Mais solitaire à l’ombre d’un noyer
Où la poussière en tourbillons s’accumule,
Se tient la Vierge éternelle,
Et l’Enfant immortel.

***

Ce qu’il en coûte

« Un amour plus grand, nul ne l’a... »

Il revient de guerre le jeune homme,
Bien proportionné et vigoureux,
Le visage sévère,
La voix basse et égale, sans passion,
Les yeux calmes.

Qu’as-tu vu ?
Quelle musique intense et solennelle pose-t-elle sa marque
Sur ton front ?

« Ceci...
Les morts ne font que mourir et mourant se libèrent,
C’est le corps vivant qui enchaîne
Notre âme à l’horreur !
C’est ainsi que pour vous
J’ai donné mon âme, voici une imposante offrande spirituelle !
Car je peux considérer
Les membres et la chair meurtrie d’hommes
Qui furent jadis beaux,
Et n’ont pas versé de larmes !

« Et ceci encore !
Les hommes se rient de la mort,
Mais Dieu a condamné mon corps
A vivre à travers le naufrage et le traumatisme de la guerre
Et après !
Comment connaîtrai-je
La paix dans la nuit des rêves d’ici à ce que je meure ?
Car, voyez ! la tache de deux fois dix mille morts
Paraît gravée à l’acier au plus profond de mon âme. »

Quelle réponse puis-je donner
Au jeune héros, lèvres charnues,
Bien bâti, qui revient de guerre ?

« Les morts ne font que mourir et en mourant vivent avec Dieu,
C’est le corps vivant qui enchaîne
Mon âme à l’horreur ! »

Et voici ce qu’il donne
Pour que toi et moi, et puis l’Angleterre, soient libres !

***

Novembre

La lune capricieuse ne fait que se moquer des collines voûtées.
On sent une terreur dans le vallon tremblant,
Les étoiles en leur effroi se ternissent et faiblissent tout à fait,
Noyées sous l’accès de colère qui emplit désormais
La haute coupole de minuit : à tout rompre hurle
La trompette enhardie par la guerre, et la plainte
Des batailles oubliées emplit le récit
Du choc vif et étrange des volontés implacables.

On se montre déférent à écouter, maintenant que la nuit
Résonne comme un long cri prophétique de mépris
Qui, en quelque lointain Novembre au fil des ans,
Rejaillira sur la petitesse humaine et frappera
Ses institutions superficielles, de sorte que le matin
S’éveille et luise, d’or accru, après les larmes...


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page