Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Extraits de Macbeth de Shakespeare, traduits par Jean Briat

Extraits de Macbeth de Shakespeare, traduits par Jean Briat

24 septembre 2020

par Jean Briat

The tragedy of Macbeth

Enter Macbeth’s wife with a letter

Lady Macbeth :

They met me in the day of success : and I have learn’d by the perfect’st report, they have more in them than mortal knowledge. When I burn’d in desire to question them further, they made themselves air, into which they vanish’d. Whiles I stood rapt in the wonder of it, came missives from the King, who all hail’d me Thane of Cawdor, by which title, before, these weird sisters saluted me, and referr’d me to the coming on of time, with « Hail King that shalt be ». This have I thought to deliver thee (my dearest partner in greatness) that thou might’st not lose the dues of rejoicing by being ignorant of what greatness is promis’d thee. Lay it to thy heart, and farewell.
Glamis thou art, and Cawdor, and shalt be
What thou art promis’d ; yet do I fear thy nature ;
It is too full o’ the milk of human kindness
To catch the nearest way. Thou would’st be great,
Art not without ambition, but without
The illness should attend it. What thou would’st highly,
That would’st thou holily ; would’st not play false,
And yet would’st wrongly win.
Thould’st have, great Glamis, that which cries,
Thus thou must do, if thou have it ;
And that which rather thou dost fear to do,
Than wishest should be undone. Hie thee hither,
That I may pour my spirits in thine ear,
And chastise with the valour of my tongue
All that impedes thee from the golden round,
Which fate and metaphysical aid doth seem
To have thee crowned withal.

W.Shakespeare : Macbeth ( I,5)

Macbeth :

If it were done, when ‘tis done, then ‘twere well
It were done quickly : if th’assassination
Could trammel up the consequence, and catch
With his surcease success ; that but this blow
Might be the be-all and the end-all (here
But here, upon this bank and shoal of time),
We’d jump the life to come. But in these cases,
We still have judgment here, that we but teach
Bloody instructions, which, being taught, return
To plague th’inventor. This even-handed Justice
Commends th’ingredience of our poison’d chalice
To out own lips. He’s here in double trust :
First, as I am his kinsman, and his subject,
Strong both against the deed ; then, as his host,
Who should against his murderer shut the door,
Not bear the knife myself. Besides this Duncan
Hath borne his faculties so meek, hath been
So clear in his great office, that his virtues
Will plead like angels, trumpet-tongu’d against
The deep damnation of his taking-off ;
And Pity, like a naked new-born babe,
Striding the blast, or Heaven’s cherubin, hors’d
Upon the sightless couriers of the air,
Shall blow the horrid deed in every eye,
That tears shall drown the wind. I have no spur
To prick the sides of my intent, but only
Vaulting Ambition, which o’er-leaps itdelf
And falls on th’other.

W.Shakespeare : Macbeth ( I,7)

Is this a dagger which I see before me,
The handle toward my hand ? Come, let me clutch thee :
I have thee not, yet I see thee still.
Art thou not, fatal vision, sensible
To feeling as to sight ? Or art thou but
A dagger of the mind, a false creation,
Proceeding from the heat-oppressed brain ?
I see thee yet, in form as palpable
As this which now I draw.
Thou marshall’st me the way that I was going,
And such an instrument I was to use.
Mine eyes are made the fools o’th’other senses,
Or else worth all the rest : I see thee still ;
And on thy blade and dudgeon gouts of blood,
Which was not so before. There’s no such thing.
It is the bloody business which informs
Thus to mine eyes. Now o’er the one half world
Nature seems dead, and wicked dreams abuse
The curtain’d sleep ; witchcraft celebrates
Pale Hecate’s off’rings ; and wither’d murder,
Alarum’d by his sentinel, the wolf,
Whose howl’s his watch, thus with his stealthy pace,
With Tarquin’s ravishing strides, towards his design
Moves like a ghost. Thou sure and firm-set earth,
Hear not my steps, which way they walk, for fear
The very stones prate of my where-about,.
And take the present horror from the time,
Which now suits with it. Whiles I threat, he lives :
Words to the heat of deeds too cold breath gives.
(A bell rings)
I go, and it is done : the bell invites me.
Hear it not, Duncan, for it is a knell
That summons thee to Heaven or to Hell.

W.Shakespeare Macbeth ( II,1)

(Enter Macbeth, Seyton, and soldiers, with drums and colours)
Macbeth :
Hang out our banners, on the outward walls ;
The cry is still »They come ! » Our castle’s strength
Will laugh a siege to scorn : here let them lie,
Till famine and the ague eat them up ;
Were they not forc’d with those that should be ours,
We might have met them dareful, beard to beard,
And beat them backward home. What is that noise ?
Seyton :
It is the cry of women, my good lord.
Macbeth :
I have almost forgot the taste of fears :
The time has been, my senses would have cool’d
To hear a night-shriek, and my fell of hair
Would at a dismal treatise rouse, and stir
As life were in it. I have supp’d full with horrors ;
Direness, familiar to my slaughterous thoughts,
Cannot once start me. Wherefore was that cry ?
Seyton :
The Queen, my lord, is dead.
Macbeth :
She should have died hereafter ;
There would have been a time for such a word :
To-morrow, and to-morrow, and to-morrow,
Creeps in this petty pace from day to day
To the last syllable of recorded time :
And all our yesterdays have lighted fools
The way to dusty death. Out, out, brief candle :
Life’s but a walking shadow, a poor player,
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury
Signifying nothing.

W.Shakespeare Macbeth (V, 5)

Macbeth (I, 5)
Entre Lady Macbeth, lisant une lettre :

Lady Macbeth :

« Elles sont venues à ma rencontre en ce jour de victoire, et j’ai appris de la façon la plus certaine qu’elles ont en elles plus qu’un savoir naturel. Quand, brûlant de désir, j’ai voulu les questionner plus avant, elles se sont évaporées dans l’air où elles ont disparu. Alors que je restai pétrifié de stupeur, sont arrivés des messagers du roi qui me saluèrent de : « Comte de Cawdor. », titre par lequel ces étranges sorcières m’avaient appelé en ajoutant, en référence aux jours à venir : « Salut, Toi qui sera Roi ! ».J’ai pensé qu’il était bon que je te fasse part de tout cela, à toi ma chère qui partages ma grandeur, afin que tu puisses dûment t’en réjouir et ne pas ignorer celle qui t’est promise. Garde cela dans ton cœur, adieu. »
Glamis tu es et Cawdor ; et tu seras ce qu’il t’est promis d’être. Pourtant je crains ta nature : elle est trop pleine du lait de la tendresse humaine pour que tu choisisses l’action la plus prompte. Tu voudrais la grandeur, tu ne manques pas d’ambition, mais tu n’as pas la malice qui doit l’accompagner : les hauteurs que tu voudrais atteindre, tu voudrais que ce soit dans la sainteté ; tu refuses la perfidie et pourtant tu souhaites vaincre par la ruse ; tu voudrais posséder, noble Glamis, celle qui te crie : « C’est ainsi que tu dois agir, si tu me veux. » Et ta peur d’agir ainsi est plus forte que ton souhait de ne pas agir. Hâtes-toi de venir près de moi, que je puisse répandre ma détermination dans ton oreille et que je supprime par la force de mes paroles tout ce qui t’empêche d’aller vers ce cercle doré dont le destin et une intervention surnaturelle semblent vouloir te couronner.

W.Shakespeare, Macbeth (I, 5)

Macbeth I, 7

Si c’en était fait, une fois fait, alors il serait bien
Que ce soit vite fait. Si cet assassinat
Pouvait retenir dans ses mailles ses effets
Et entrainer, avec sa mort, le succès ; si seulement ce coup
Pouvait être l’acte et la fin de tout (ici-bas,
Seulement ici-bas, sur ce rivage et ce haut-fond du temps),
D’un bond j’embrasserais les jours à venir. Mais, pour ces choses,
Nous avons encore des juges ici-bas, et si nous donnons
Des leçons de sang, elles reviennent, une fois apprises,
Pour harceler leur auteur. Les mains égales de la Justice
Tournent le breuvage de notre coupe empoisonnée
Vers nos lèvres. Il est chez moi à double titre :
D’abord je suis son parent et je suis son sujet,
Et tous deux répugnent à cet acte ; et puis je suis son hôte
Qui devrait au meurtrier barrer la route
Et non brandir lui-même le couteau. De plus, ce roi Duncan
A exercé son pouvoir avec tant de bonté, a fait preuve
De tant de pureté dans sa haute charge que les trompettes
De ses vertus résonneront comme la voix des anges
Contre le noir forfait de sa disparition ;
Et la Pitié, nue comme un enfant qui vient de naître,
Enfourchera l’ouragan, et les chérubins du Ciel,
Chevauchant les coursiers invisibles de l’air,
Clameront à la face de tous l’horreur de ce forfait,
Et le vent en sera noyé de larmes. Je n’ai pas d’éperon
Pour piquer les flancs de mon dessein ; je n’ai plus
Qu’une Ambition démesurée qui bondit trop loin
Et retombe de l’autre côté.

William Shakespeare
La tragédie de Macbeth (I,7)
Traduit par J.Briat

Macbeth, II, 1

Est-ce donc un poignard que je vois devant moi,
Le manche vers ma main ? Viens, que je te saisisse :
Je ne te tiens pas encore, et pourtant je te vois.
N’es-tu donc pas, funeste vision, sensible
Au toucher comme à la vue ? Ou bien n’es-tu qu’un
Poignard de l’esprit, une création illusoire
Créée par mon cerveau accablé par la fièvre ?
Je te vois pourtant, aussi réel dans ta forme
Que celui que je sors maintenant du fourreau.
Tu m’ordonnes d’aller où je me dirigeais
Et c’est de ton pareil que j’allais me servir.
Mes yeux sont les jouets de tous mes autres sens
Ou bien les valent tous : et je te vois toujours ;
Et sur ta lame et ta garde des taches de sang
Qui n’y étaient pas encore. Cela ne peut être :
C’est ce forfait sanglant qui prend ainsi sa forme
Devant moi. A cette heure, sur la moitié du monde
Tout semble mort, et des rêves affreux profanent
Le havre du sommeil : les sorcières célèbrent
Les rites de la blême Hécate, et le meurtre
Fripé, prévenu par le loup, sa sentinelle,
Qui hurle pour l’avertir, d’un pas silencieux
Comme Tarquin le ravisseur, vers son dessein
Avance, tel un fantôme. O, Terre solide et ferme,
Sois sourde à mes pas, au chemin qu’ils vont prendre
De peur que tes pierres-mêmes n’aillent dire où je suis
Et n’enlèvent à cette heure qui lui convient si bien
L’horreur de cet instant. Je menace et il vit :
J’y vais, ce sera fait ;
(Une cloche tinte)
La cloche m’y invite.
Ne l’entend pas, Duncan, car c’est un son funèbre,
Qui te convie au Ciel ou te voue à l’Enfer.

W.Shakespeare (Macbeth II,1)

Macbeth V, 5

Macbeth :
Pendez nos étendards à l’extérieur des murs
On répète : « Ils arrivent » Mais la force du château
Peut se rire d’un pauvre siège : Qu’ils restent donc tous là
Jusqu’à ce que la faim et la fièvre les rongent.
Sans leurs renforts, qui auraient dû être les nôtres,
Nous les aurions défiés, les yeux dans les yeux
Et renvoyés chez eux. Mais quel est donc ce cri ?
(Un cri de femmes venu de l’intérieur)
Un serviteur :
C’est la clameur des femmes, mon bon seigneur ;
Macbeth :
J’ai presque oublié à quoi ressemble la peur :
Il fut un temps où mes sens auraient frissonné
D’entendre ce cri dans la nuit et mes cheveux
Se seraient dressés à un si lugubre appel
Comme un être vivant. Je suis repu d’horreurs ;
La terreur, familière à mes pensées de meurtre,
Ne peut plus m’étonner. Mais pourquoi donc ce cri ?
Un serviteur
_La reine, mon seigneur, est morte.
Macbeth :
_Elle aurait dû mourir à un autre moment ;
C’eut été l’heure alors pour dire un tel mot.
Demain, encore demain et encore demain
Se traine à pas mesquins d’un jour à l’autre jour
Jusqu’au dernier vocable de la mémoire du temps ;
Et tous nos jours passés éclairent à des sots
La voie vers la poussière de la mort. Eteins-toi
Bougie d’une heure. La vie n’est qu’une ombre qui passe,
Un pauvre acteur, qui sur scène une heure
Se pavane et s’agite. C’est une simple histoire
Contée par un idiot pleine de bruit et de fureur,
Et qui ne veut rien dire.

W.Shakespeare : Macbeth (V, 5)
Traduction de J.Briat


temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page