Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Essai, par David Gascoyne

Essai, par David Gascoyne

1er février 2006


« Qui voudra suivre Chestov [1] ? »

David Gascoyne

Autant qu’il est possible d’en juger, à ce jour le public cultivé en Grande-Bretagne ne s’est fait qu’une idée imprécise et confuse de ce que signifie la philosophie existentielle ainsi que de sa relation avec les autres aspects de la pensée contemporaine. Pourtant il est impossible que la confusion qui règne ici dans l’esprit des gens concernant ce mouvement égale en rien la confusion intense, inextricable qui semble être générale en France aujourd’hui. Le discours intellectuel, devant la menace que représenterait contre lui une compréhension véritable de la pensée essentielle des philosophes que l’on peut à juste titre qualifier d’existentiels, semble trouver la notion d’Existentialisme plus stimulante que toutes celles qui ont germé en France depuis longtemps et avoir entrepris de brouiller les notions cruciales qui s’y trouvent impliquées avec un entrain dogmatique et polémique tel qu’on n’en rencontre heureusement que rarement chez nous. De ce côté-ci de la Manche, étouffant notre ressentiment d’être comme d’habitude en retard d’une décennie à peu près par rapport à l’évolution intellectuelle de l’Europe, nous laissons échapper généralement le plus important, et nous faisons circuler des comptes rendus déformés sur une prétendue connaissance du sujet, que nous commentons avec lassitude et hauteur.

Quand je parle de philosophie existentielle, je tiens à bien préciser au départ que pour moi cette expression ne désigne pas la philosophie associée avec le mouvement qui a à sa tête le brillant ex-professeur, journaliste et dramaturge Jean-Paul Sartre. Si l’on veut se former une opinion exacte de la distance qui sépare l’Existentialisme de Sartre du genre de pensée à laquelle je me référerai par la suite comme existentielle, il faut imaginer Pascal écrivant un roman poétique sur le gouffre qu’il sentait s’ouvrir béant à son côté sans cesse vers la fin de sa vie. L’existentialisme est l’exploitation intellectuelle post-expérimentale de l’expérience vécue. Le genre de philosophie dont je souhaite discuter est une activité spirituelle concrète. Il s’en faut que tout ce qui se passe dans l’homme soit ce que les marxistes appellent un « simple reflet ».

(Traduction de Michèle Duclos)

- Lire l’intégralité au format pdf.

PDF - 212.6 ko
D.Gascoyne essai1

 [2]
© The Estate of David Gascoyne. Cet essai a paru dans le volume de Selected Prose (1934-1996) de David Gascoyne. London : Enitharmon Press, 1998.

Notes

[1NdT : Nous avons traduit le terme anglais « Existentialism » par « existentialisme » sans italiques pour le distinguer du terme français que Gascoyne utilise avec des italiques.
En français dans le texte.

[2David Gascoyne Tiré de D.Gascoyne, Journal 1936-1937, Londres, The Enitharmon Press, 1980. Première publication , « Leon Chestov : after Ten Years Silence (an assessment of his Philosophy) », Horizon, oct. 1949.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page