Temporel.fr

Accueil > à l’orée > Editorial

Editorial

22 septembre 2013


Notre numéro 16, d’octobre 2013, paraît accompagné d’une actualité éditoriale originale. En effet, au mois de juillet, a paru le livre de souvenirs d’Eugène Braun, Promenade à chameau au clair de lune avec Touboul mon copain, aux éditions Marsa. Nous y avons transcrit les souvenirs d’enfance et de jeunesse de l’auteur, né en Algérie en juin 1907, souvenirs contés sur cassettes il y trente ans. Voir le site de l’éditeur : http://marsa-algerielitterature.info/, la note d’août 2013 sur mon site d’auteur : http://annemounic.fr, ainsi que l’article de Nelly Carnet dans ce numéro. Nous rappelons une autre actualité éditoriale importante ‒ la parution de l’anthologie des poèmes de Claude Vigée, L’homme naît grâce au cri, aux éditions du Seuil, dans la collection Points, sous la direction de Véronique Ovaldé, au mois de mai dernier. Ce livre, en format de poche, mettra l’œuvre de ce poète à la disposition d’un public plus large. Lisez-le et faites-le connaître !

Le thème de l’altérité a retenu l’attention de Fabienne Couecou, Frédéric Le Dain, Nathalie Massoulier et Catherine Wendeler, qui nous parlent chacun de leur auteur de prédilection. En considérant l’altérité comme destin, je tente une approche synthétique de la question.

Le Cahier de création s’ouvre avec des traductions de l’anglais par Jean Migrenne, tout d’abord de poèmes de Cyril W. Crain, puis de poètes de guerre. Nous commençons avec Herbert Asquith et Laurence Binyon et poursuivrons cette démarche anthologique dans les prochains numéros, puisque cette date, 2014, nous oblige au souvenir. Nicolas Class nous propose sa traduction et son commentaire du Voyage d’hiver de Wilhelm Müller, que Schubert a mis en musique. Roger Scott et Michèle Duclos nous proposent ensuite une lettre de David Gascoyne à Henry Miller. On lira ensuite des poèmes de Martine Callu, de Pénélope Galey-Sacks et d’autres, rassemblés dans nos « Morceaux choisis ». Nous devons de nombreuses notes de lecture à Nelly Carnet.

En tout premier lieu, nous rendons hommage à Jean-Marc Simonnet, dont nos lecteurs connaissent les poèmes originaux (dont la diction me fait parfois penser à Jules Laforgue). Jean-Marc nous a quittés en mai dernier. Nous avons préparé cet hommage avec l’aide de son épouse, Florence.

Bonne rentrée et bonne lecture !


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page