Temporel.fr

Accueil > à l’orée > Editorial

Editorial

22 avril 2011

par temporel

Osiris, Palais Altemps, Rome. Photographie : Guy BraunSi l’on admet que le serpent incarne le temps en sa résonance vertigineuse, on considérera comme naturel que Temporel se soit proposé d’aborder sous diverses facettes, non exhaustives, le thème du serpent. Nous accueillons des essais de Frédéric Le Dain, Christian Lippinois et Marc Porée.

Dans le cahier de création, nous publions des poèmes de Jane Augustine, Isabelle Bournat, Beryl Cathelineau-Villatte, Nicolas Class (avec quelques traductions), Michel Cosem, Patrick Devaux, Li Jinjia, Porfirio Mamai Macedo, Seymour Mayne, Marc Sagnol, Emilie Saqué et Dunstan Ward, ainsi que des proses cinématographiques et artistiques de Jacques Sicard. Et, avant toute chose, le poème que Raphaël Vigée écrivit pour les quatre-vingt-dix ans de son grand-père et que dit Claude Vigée, filmé par son petit-fils.
Le cahier de création n’a rien à voir avec le thème. Je cite toutefois un extrait d’un roman paru en 2007 et intitulé Jusqu’à l’excès ou Le reptile dans le livre, dans lequel j’envisage ce débordement, sans cesse, de la conscience par le devenir.

Suivent une étude de Jack Delavenne sur Rimbaud et Trakl, ainsi qu’un entretien de Michèle Duclos avec Jean-Paul Michel, directeur des éditions William Blake & Co, et des notes de lecture par Nelly Carnet, Francesca Y. Caroutch, Michèle Duclos et Gérard Paris. Nous reproduisions ici le texte de l’après-midi poétique donné dans le cadre du Printemps des Poètes dans la classe de Seconde 3 de Marine Roussel et Emilie Saqué, le 25 mars 2011, ainsi que celui de la séance du Club des Poètes, le 15 avril 2011, sur la poésie anglaise. Francesca Y. Caroutch nous confie ses souvenirs du grand écrivain qu’était François Augiéras.

Bonne lecture de ce numéro de printemps.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page