Temporel.fr

Accueil > à l’orée > Editorial

Editorial

25 avril 2009


JPEG - 83.7 ko
Gravure de Crispin de Passe, d’après M. de Vos

Le numéro 7 de Temporel renoue avec ce qui est déjà pour nous une tradition : proposer un thème et l’envisager sous des angles divers, sans prétendre l’épuiser. Si nous avons choisi de nous intéresser à la paresse, c’est par contrepoint à la dérive actuelle qui instaure une véritable idolâtrie du travail sans autre réflexion que celle qui préside à la fabrication de slogans douteux, fondés sur une répétition qui sonne le creux. Nous verrons que Montaigne, en tant que maire de Bordeaux, et donc responsable politique, conseillait de « mesnager la liberté de nostre âme et ne l’hypothéquer qu’aux occasions justes ». Nous envisagerons donc la paresse créatrice, ou le loisir requis pour élaborer une œuvre, œuvre poétique ou œuvre d’art. Nous parlerons de Proust, de Baudelaire, de Gontcharov ou de Fromentin. Beryl Cathelineau, s’étant arrêtée sur une expression de José Bergamin, « la mort paresseuse et lente », a entrepris à partir de là une réflexion poétique. Nous considérons avec Claude Vigée la valeur et la signification de cette pause de l’activité fonctionnelle le jour de shabbat – la « paresse de Dieu ». Le poète nous en fait revivre les rites ancestraux tels qu’il les a connus durant son enfance alsacienne.

Dans le cahier de création, hors thème, nous accueillons Stéphane Bataillon, Judith Chavanne, Michel Cosem, Greg Delanty, Bill Direen, Bernard Grasset, Fred Johnston, Frédéric Le Dain, Yvon Le Men, Christine Lièvre, Anthony Rudolf, Anne Sherman, Alan Wall, Augustus Young et Ysbée avec des poèmes. Claude Vigée ayant retrouvé dans ses papiers un poème, quasiment inédit, d’Alain Borne, nous avons le plaisir de le publier, avec l’aimable autorisation d’Alain Blanc. Michèle Duclos traduit Arthur Symons sur Aubrey Beardsley. Bill Direen, Christian Lippinois, Annie Schwartz et Jacques Sicard nous proposent un choix de prose. On trouvera parmi les morceaux choisis d’autres auteurs.
Claude Vigée poursuit la composition de son Cahier parisien. Un hommage lui est rendu par son ancienne étudiante, à Jérusalem, Esther Orner. On pourra entendre dans ce numéro des extraits du disque que Claude Vigée a enregistré avec Rémy Drago. Le poète lit ses poèmes, accompagné à la guitare par le musicien. Une belle expérience.
Parmi les essais et les notes critiques, citons les contributions de Camille Aubaude, Michèle Duclos, Bernard Grasset et Frédéric Le Dain. Nicolas Go, philosophe, nous propose une réflexion sur la lecture. Angela Smith nous adresse un article sur le magazine Rhythm, créé par le peintre écossais J.D. Fergusson et l’écrivain anglais, époux de Katherine Mansfield, John Middleton Murry. Professeur à l’Université de Stirling, Angela Smith nous propose de contempler une œuvre de Fergusson, appartenant à la collection de cet établissement. Avant toute chose, nous invitons à la visite de l’atelier de Liliane Klapisch, qui nous a si aimablement reçus. Nous l’en remercions.
Nous signalons, parmi les notes de lecture, une expérience intéressante – l’échange épistolaire, par courriel, avec Nicolas Go sur le silence, sujet de son dernier livre. Je voudrais également attirer l’attention sur l’ouvrage dirigé par Etienne Gotschaux qui pose, à partir de témoignages très variés, la question de la transmission du judaïsme, et de la transmission, en général, des valeurs, de génération en génération.
On trouvera, dans la rubrique « En bref », quelques notes de lecture complémentaires et l’annonce de plusieurs ouvrages.

Et nous annonçons, comme nous le faisons toujours, les deux thèmes à venir : L’honnêteté, en octobre, et Insecte, en mai 2010.

Nous vous souhaitons bonne lecture de ce nouveau numéro, dans lequel nous rendons hommage à Henri Meschonnic, disparu le 8 avril 2009.

***

Actualité


22 avril 2009 - Vient de paraître :

Charles Tomlinson, Comme un rire de lumière. Poèmes. Edition bilingue. Préface de Michael Edwards. Traduction de Michèle Duclos. Paris : Caractères, 2009.

*

A paraître - mai 2009 :

Michael Edwards, At the Root of Fire / A la racine du feu. Choix de poèmes. Traduits et présentés par Anne Mounic. Dessins de Catherine Day. Postface : "Croire Dieu au sein de la vie immédiate". Entretien. Paris : Caractères, 2009.

*

A la suite du colloque qui s’est tenu à Londres en septembre sur Katherine Mansfield, une association s’est constituée, la Katherine Mansfield Society, qui envisage de publier une revue et organise à Menton, le 25 septembre 2010, un nouveau colloque.

http://www.katherinemansfieldsociety.org/

*

JPEG - 49.9 ko
La lutte de Jacob avec l’ange, Monotype de Guy Braun

Nous signalons la parution prochaine de Jacob ou l’être du possible aux éditions Caractères. Anne Mounic présentera son ouvrage, ainsi que la revue, le samedi 23 mai 2009 sur invitation de Camille Aubaude et de l’A.L.F.O.M., au PALAIS DU LUXEMBOURG - SENAT, salle VAUGIRARD, 15ter rue de Vaugirard, 75006 PARIS, de 15 à 18 heures.

La figure de Jacob est une figure de l’être aux prises avec le réel, dans sa relation à autrui, au temps et à la précarité de la condition humaine. Ses pérégrinations et sa lutte avec l’inconnu, quel qu’il puisse être, revêtent un intérêt philosophique essentiel, car il s’agit bien du sujet tel qu’il se manifeste dans l’acte de se « choisir » lui-même, selon le terme de Kierkegaard. Son étreinte avec l’autre, qui est à la fois seconde et troisième personne, est une étreinte existentielle – une greffe de l’instant sur l’éternité.
Ce qui fait de la geste de Jacob un moment d’une rare intensité poétique, c’est le fait qu’il se débatte à chaque occasion dans l’ordinaire et la poussière. Cette humilité-là, à l’abri de l’arrogance du concept, ou de la vanité de l’esthétique comme fin en soi, fonde une poétique du nous.
Après une étude détaillée des versets bibliques consacrés au personnage et des commentaires ultérieurs, l’auteur passe en revue bon nombre de références à Jacob en littérature et tente de cerner la valeur poétique et philosophique de ce modèle.

Un colloque, « Jacob et les lettres françaises », se tiendra du 10 au 13 juin 2009 à Gargnano (sur le lac de Garde), organisé par la section de français de l’Università degli Studi de Milan.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page