Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Dix poèmes, par Sushri Sangita Mishra traduits par Faustine (...)

Dix poèmes, par Sushri Sangita Mishra traduits par Faustine Imbert-Vier

24 septembre 2020


truth

I have walked very long
on the rocky bed of Time.
In my effort to excavate truth
many times, I have fallen
into the pit
where truth sits complacent
refusing to be rescued,
Since for truth, earth is trivial.

Many times, I have fallen
into bottomless depth.
And defying death
I have risen on my own.
Aeons have passed
I still carry on.

This is just once more
that I would look for my origin
Before I get up
and walk again,
only, a few questions
to be triggered at random.
Sitting on the mouth of cannon
my words would tremble,
my silence would echo in me for a while.
This is just once again
that a drop of tear
would be left
for its fossil to be found
under the frozen Time.

road

Road is a moving point.
On that, once I stood still, thinking
my first encounter with life,
the very first dialogue with dreams
and prattling commitments to toddler words
comprised Time.

Later it revealed–
The point does not belong to me
nor to you
nor to our destiny.
Road is a rolling illusion
unfurled live beneath the journey.

Trail has never abetted a voyager
to reach anywhere.
It only puts him on track in perpetuity.
Meanwhile the voyager forgets his dreams
his identity
and the waft that runs his demesne.
And, finally
the boulevard reaches the destination
prior to the roadster.

After I know, there is nowhere to reach,
all roads are the same.
Only walking matters
Any of them would take me
up to that preordained point
where History misses itself
to begin all over again.

solitude

I have stood for long
on the line of illumination
being a bridge between day and night
I have earned my tears
in bargain with God
for arbitration between right and wrong.

My tears often looked unreal
since they did not speak of
the pain and miseries,
those the world knows.
Many nights I sat in silence
staring at the starry sky
wondering, if the world was inverted
Or was it I.

My solitude has buried in its crypt, countless questions
They outnumber the stars.
Today the dead questions are reborn.
to surround me with new ardour.
Today, once again,
in the crowd, I’m alone.
With a sigh I look up and wonder,
who collected my tears and questions !
Among the innumerable ones twinkling
Was there a lonesome one too,
who lived my mind,
sharing with me Space and Time.

shore

Who knows for how long
these waves have been dragging into ocean
births, deaths, memories and events,
leaving behind
the eternal precepts.

How many desperate attempts to arrest time
have receded with the waves
How many showers from hearts,
how many stories
have been soaked by sand.
Inside the seashell
Sitting still are the lost youth of dreams, promises
and awaited moments.

After collecting the remains of countless scattered accounts
Could the ocean remain only ocean ?
See here, the solution of
centuries’ sob and tears of heaven.

After carving on its chest
The fading footprints of so many recitals
Could sand remain only sand ?
Look deep.
Here lying the preview of time to pass.

night

Who, other than night
can hear the silent words.
Whom can you explain
fragrance of flowers.
The multitude of me

–my sunburnt words,
the unpublished dreams,
the sporadic hopes,
unnamed ambitions,

injured ego,
unborn tears…
therefore, wait for the night
to be delivered.

Night laps up the sea storms,
the shipwrecks, the thunderbolts
and weaves a voiceless void
–the net, safe and secured.

Night is the super ego of our collective solitude
that separates us from our body
from our shadow
from our conscious
And caresses the one sitting inside.
The one, sitting at the other end
of our tears and vanity
could perhaps be yearning
for one such night-
One, bigger than His Totality.

the last climb

The surface is uneven and sooty
On which lying
A muddle of assorted leaves,
Some enticing flowers
And few entwined stems
of thorny realities.
In front of me is a wall
Prominent and bright
The walkway looks difficult and muddy
But familiar to me.
I have recognised.
Many times I have walked steady
Into this celebrated wall of Time
Many times I have rebelled
And dashed against it
It received, nourished
And sent me back
to the same circle, every time,
where destiny moves
on its predefined orbit.
This time I see
at a distance
A few steps,
Hazy and mellow,
smiling at me.
I have chosen to climb.
Where they take me, is not known
I may reach yet another nothingness
Or
I may find home.

beginning with the end

A prolonged sigh of my past
Burning myself and burning the Time
Lost in eons of searching
and scrambling for truth,
I am found at last
Ensconced in the roots.
At the site I started the journey
the goal has been found
dwelling for ages
seeking its destiny.
The trek was a tiring delusion.
Achievements and records are melted memories.
The milestones, the goalposts, the glories
I ever touched are all dissolving.
At the sight of the destination
track found disappearing.

Now, I’m a floating point
in flaming expanse of Time.
No trail ahead nor behind.
Enshrined in an enveloping presence
gracefully I sit on the altar
performing the rituals of life.
No longer perturbed by the noise, the heat, the crowd
No longer held to the moments scattered around
The smile, the tears, the memories, the loneliness
I now know, nothing was ever mine.

Destination has collected me
From the desolate corners of my destiny.
The mirror has shown me my reflection.
I can now see
There, at the other side,
Someone is standing
with the arms stretched into infinity
waiting for me.

face to face

Brushing the questions aside
running relentlessly,
carrying on the back, a tad of Time
is perhaps the only ask.

Giving warm touch to the shivering flower
under the snow-cap there,
is beyond me.
No time to nurse a bleeding heart.
No guts to stand and stare.
Only a moment’s pause
and the music goes offbeat.
Aims and ambitions may fall asunder.
Wide open eyes of the whole world to follow me.
And around me are the deluge of my dreams and desires.
Hence,
Till I am completely drowned
Running is the only ask.

But someone smirks inside
Often yanks me too hard
I wonder,
If ever it comes out
And asks for accounts
What should be my answer.

That day, should I explain
How the chirping birds
And the humming woods
Fasten the bloodstream in my veins.
How, the docks in the ponds,
the floating clouds,
even a faint image of river bank
steal my breath.

At some bent behind
The colours of compassion had faded in my being
Today, the colours of tender flowers
Terrify Time.

That day, should I confess,
face to face.

decoding darkness

Darkness is often, not the absence
but the blinding presence of light.
The colours of creation consolidated
and gifted to night
that heals the marks, the scars, the injuries, the wounds
Gathered through Time.

Resides in the roots of existence.
Embeds the seeds of Creation.
There, rest the words
in the lap of infinite silence.
There unites death with life.
In the dark of nights,
in the name of dreams
into our ears, often hopes sing.

a journey unalike –i

Around me was a thick layer
Of near and dear ones
Who treasured me like a solitary diamond,
A platform of peace to rest upon
A pillar of strength to lean on.
Outside, was a crowd
of critics and paraphrasers
to judge, agree, disagree and to look upon.
No one was to see, behind the glints of diamond
the sharp edges of solitude that hurt.
No one was to know,
embedded in the sparkling smile lived a tired soul
ever waiting for a shoulder
to place the head and shed a tear.

I was not a loner
But remained lone player
For, what I saw many did not.
I understood them all.
I played my character with full vigour
Bore in my heart the entire universe
The friends and foes.
Those who looked in the eyes of light
And those who skulked outside in dark nights
I saw them all.

My journey was unalike
My contract was unique
I was to speak what I was being shown
I was to write on the moving wall
And leave the script behind
Not knowing if there was anyone to discern.
I knew, I was mandated to carry
The weight of wisdom.
a journey unalike -ii

I knew, I was a chosen droplet
To be placed on the lotus leaf
That stood at the estuary.
With a part of my existence
Submerged in the sea
A part floating in the azure,
I moved
across the connecting chord
between devil and God

At a distance, stood
an image for aeons
unblinking, unflinching,
like a tower- unshakable
Amidst pain and confusion.
I collected the reflections of Truth
And made flames of fire–
The glare
Too bright to endure
Too soft to touch
Unable to avert
And unable to approach

Today
On the threshold of the epoch
At the feet of that tower of Truth
I sit to write my epitaph

‘Here is where visions were conceived
Insight was born
Life was a mission to be accomplished
My death is my life just begun’

(A poem, dedicated to all poets ever born, ever walked on earth)

vérité

J’ai marché longuement
dans le lit pierreux du temps.
Creusant pour un éclat de vérité
Tant de fois j’ai chuté
au fond du puits
où gît une vérité recluse
refusant tout sauvetage,
puisque pour elle, la terre est vénielle.

Tant de fois j’ai glissé
dans des profondeurs sans retour.
Et défiant la mort
j’ai resurgi de moi-même.
Des millions d’années ont passé
et je continue pourtant.

Cette fois encore
je remonte à ma source
Avant de me dresser
et reprendre la marche
restent quelques questions
à tirer au hasard.
Installés sur la bouche du canon
mes mots en tremblent
mon silence résonne en moi un instant.
Une fois de plus
la goutte d’une larme
sera préservée
pour réapparaître fossile
sous le glacis du temps.

chemin

Le chemin est un point mobile.
Je m’y tenais, en arrêt, imaginant
ma première rencontre avec la vie
mon premier dialogue avec le monde des rêves
et mes bégaiements aux mots trébuchants
encerclant le temps.

Puis la révélation –
Le point ne m’appartient pas
ni à toi
ni à nos destinées.
Le chemin est un tapis d’illusion en marche
dont le rouleau libère la vie au-delà du voyage.

La piste n’a jamais amené le voyageur
à destination.
Elle le remet dans son chemin à perpétuité.
Et il en oublie ses rêves
son identité
et le souffle qui parcourt son domaine.
Et comme toujours
le boulevard passe devant l’arrêt
avant le coureur de chemin.

Pour ce que j’en sais, il n’y a nulle part où aller,
tous les chemins sont identiques.
Seul compte de cheminer
N’importe lequel d’entre eux m’emmène
jusqu’au point zéro
là où l’Histoire elle-même se manque
pour reprendre encore et encore.

solitude

Je me tins longtemps
à la frontière de l’illumination
me faisant pont entre le jour et la nuit
j’ai accumulé mes larmes
en palabres avec Dieu
pour arbitrer entre le bien et le mal.

Mes larmes paraissent souvent irréelles
incapables de parler
de la peine et des misères,
de celles que connaît le monde.
Maintes nuits je passe assise en silence
contemplant le ciel étoilé
à me demander si le monde serait à l’envers
Ou serait-ce moi ?

Ma solitude enterre dans sa crypte innombrables questions
Bien plus nombreuses que les étoiles.
Aujourd’hui renaissent les questions éteintes
pour m’enserrer d’une ardeur nouvelle.
Aujourd’hui, une fois encore,
parmi la foule me voici seule.
Dans un soupir je relève les yeux et m’interroge,
qui ramasse mes larmes et mes questions !
Parmi leur multitude scintillante
S’en trouvait-il une seule restée isolée,
animant mon esprit,
partageant avec moi Espace et Temps.

rivage

Qui sait depuis quand
ces vagues creusent l’océan
naissances, morts, souvenirs et événements,
laissant derrière elles
les commandements éternels.

Combien de tentatives désespérées pour figer le temps
ont été emportées par les vagues
Combien de giboulées tombées des cœurs,
combien d’histoires
ont été bues par le sable.
Dans le coquillage
reposent immobiles la jeunesse naufragée des rêves, les promesses
et les moments tant attendus.

Tant de récits éparpillés à l’infini puis rassemblés
L’océan serait-il encore juste un océan ?
Vois ici, le flot de siècles
des sanglots et des larmes tombés du paradis.

Après avoir gravé sur son poitrail
les empreintes évanouies de tant de récitations
le sable serait-il encore juste le sable ?
Regarde bien.
Ici s’étale l’avant-première du temps qui passe.

nuit

Qui, autre que la Nuit
peut entendre les mots silencieux.
A qui peux-tu dire
le parfum des fleurs.

Mes mois multiples –
mes mots brûlés de soleil,
les rêves à écrire,
les espoirs furtifs,
les ambitions non identifiées,
ego meurtri,
larmes à venir…
alors, attends la nuit
pour ta délivrance.
La Nuit traverse les tempêtes en mer,
les naufrages, les coups de foudre
et tisse un creux aphone –
résille, sûre et réconfortante.

La Nuit est le surmoi de notre solitude commune
celle qui sépare du corps
de l’ombre
de la conscience
Et caresse celui qui est tapi en nous.

Celui qui tient les reines
de nos larmes et de notre vanité
pourrait bien se consumer
pour une telle nuit –
Plus grande encore que Tout Lui-Même.

la dernière grimpée

La surface toute de creux et de suie
Sur laquelle repose
Une confusion de feuilles assorties,
De quelques fleurs capiteuses
Et des tiges emmêlées
De réalités épineuses.

Devant moi se dresse un mur
En saillie et lumineux
Le passage a l’air boueux et escarpé
Mais sans surprise.
J’ai reconnu.
J’ai marché souvent avec assurance
Au-delà de ce mur révéré du Temps
Souvent je me suis rebellé
Et projeté contre lui
Il m’a accueilli, nourri
Et renvoyé
dans la même ronde, chaque fois,
là où roule la destinée
sur son orbite déterminée.

Cette fois je l’aperçois
proche
A quelques pas,
Brumeux et mou,
Me souriant.
J’ai choisi l’ascension.
Où l’on m’emmène, nul ne le sait
Je déboucherai sur un autre nulle part
Ou
J’arriverai chez moi.

en commençant par la fin

Signe rémanent de mon passé
Qui me dévore et incendie le Temps
Egaré dans des siècles de quête
et bataillant pour la vérité,
Me voici enfin
Lové entre les racines.

Au point de mon départ
a surgi le but
demeurant de toujours
quêtant sa destinée.
La marche lente vers une exténuante désillusion.
Réussites et dépassements se fondent en souvenirs confus.
Les bornes, les poteaux d’arrivée et les gloires
que j’ai atteints se dissolvent.
En vue de l’arrivée
piste effacée dès que trouvée.

Et maintenant, moi un point à la dérive,
Dans la fournaise en expansion du Temps.
Plus de sentier ni par devant ni par derrière.
Enchâssé dans une présence rassurante
plein de grâce, assis à mon autel,
exécutant les rites de la vie.
Protégé enfin du bruit, de la chaleur, de la foule
Détaché de ces instants émiettés autour de moi
Les sourires, les larmes, les souvenirs, la désolation
Je le sais, rien ne m’appartint jamais.

L’arrivée m’a rattrapé
Jusqu’aux coins perdus de ma destinée.
Dans le miroir mon propre reflet.
Je le vois bien
Là, de l’autre côté,
Celui qui se tient
les bras ouverts à l’infini
qui m’attend.

face à face

Balayant les questions
courir sans relâche,
portant sur le dos, une parcelle de temps
est peut-être la seule quête.

Toucher avec tendresse une fleur tremblante
sous son capuchon de neige,
m’est impossible.
Pas le temps de panser un cœur en sang
Pas les trippes à rester debout épier.
Seulement l’espace d’une pause
et la musique se met à dérailler.
Cibles et ambitions s’effondrent en s’écartant.
Que le monde entier me suive de ses yeux grand ouverts.
Et autour de moi pleuvent en déluge mes rêves et mes désirs.
Dorénavant,
Jusqu’à ma noyade complète
Courir est ma seule quête.

Mais quelqu’un étire un rictus en moi
Souvent me retient trop durement
Je m’interroge,
Si cela sortait au jour
Et demandait des comptes
Quelle serait ma réponse.

Ce jour-là, devrais-je dire
Comment les oiseaux gazouillants
Et les bois bourdonnants
Accélèrent le flot sanguin dans mes veines.
Comment, les cygnes dans les étangs,
les nuages en nuées
même l’image brumeuse d’une rive
me coupent le souffle.

En arrière de quelque méandre
S’affaiblirent en moi les couleurs de la compassion
Aujourd’hui, les couleurs des fleurs tendres
Terrifient le Temps.

Ce jour-là, devrais-je me confesser,
complètement.

décoder l’obscurité

L’obscurité n’est souvent pas l’absence
mais l’aveuglante présence de lumière.
Les couleurs de la création concentrées
et offertes à la nuit
qui effacent les trous, les cicatrices, les lésions et les blessures
Accumulés au fil du Temps.

Vit dans les racines de l’existence.
Répand les graines de la Création.
Là, se reposent les mots
sur l’étendue infinie du silence.
Là s’unit la mort à la vie.
Au cœur obscur des nuits,
sous la bannière des rêves
dans nos oreilles, souvent chante l’espoir.


un voyage inouï – I

Tout autour de moi j’avais en couche épaisse
Mes proches et mes chers
Qui veillent sur moi tel un diamant solitaire,
Un havre de paix où prendre du repos
Un pilier solide auquel s’adosser.
Au-dehors était la foule
de critiques et de paraphraseurs
pour juger, avaliser, rejeter et surveiller.
Personne pour voir derrière les feux du diamant
les arrêtes aigües de la solitude qui blesse
Personne pour déceler,
enfouie dans le sourire étincelant, l’âme usée qui y vit
et attend encore une épaule
où poser la tête et verser une larme.

Je n’étais pas un solitaire
Mais je fis cavalier seul
Car, ce que j’avais vu, beaucoup ne l’avaient su.
Tous je les comprenais.
Je mis ma pleine vigueur dans mon jeu
J’enfouis l’univers entier dans mon cœur
Les amis et les ennemis.
Ceux qui défient le faisceau de lumière
Et ceux embusqués à l’orée de la nuit
Je les ai tous vus.

Mon voyage reste inouï
Mon emploi était singulier
Je devais dire ce qui m’était montré
Je devais écrire sur la paroi mouvante
Et y abandonner mes écritures
Sans savoir si quelqu’un les y trouverait.
Je savais cela, j’étais chargé de porter
Le poids de la sagesse.


un voyage inouï – II

Je le savais, j’avais été choisie, gouttelette
Pour être placée sur la feuille de lotus
Qui poussait dans l’estuaire.
Avec une part de moi-même
Immergée sous la mer,
Une part flottant dans l’azur,
Je glissais,
par la corde qui les relie
entre diable et Dieu

Au loin, se dressait
Une image depuis des siècles
Sans ciller, sans flancher
telle une tour – immuable
Parmi la peine et le désordre.
J’ai cueilli des éclairs de Vérité
Et en fit des langues de feu –
L’éclat
Trop brillant pour être soutenu
Trop doux pour être touché
Impossible à détourner
Et impossible à approcher

Aujourd’hui
Au seuil de cette époque
Au pied de la tour de la Vérité
Je m’assieds pour écrire mon épitaphe

“ Ici ont été conçues des visions
Naquît une intériorité
La vie était une mission à achever
Ma mort est le tout début de ma vie ”

(Un poème dédié à tous les poètes jamais nés, que la terre ait jamais portés)

Traduction de l’anglais par Faustine Imbert-Vier

Sushri Sangita Mishra est une poétesse née en Inde dans l’état d’Odissa en 1975, récompensée dès ses premières publications. De langue odia, elle s’est mise à écrire récemment en anglais pour une plus large diffusion de ses poèmes, après s’être longtemps auto-traduite. Dans ses nombreux recueils, elle aborde par une approche profonde et philosophique la pauvreté, l’orientation de genre, l’éducation, le chaos du quotidien et célèbre la divine Nature avec le même long souffle qu’elle met dans ses récitals de chant. Les majuscules de l’écriture latine lui permettent de poser de précises emphases.

Faustine Imbert-Vier est traductrice du tamoul, transcréatrice pour d’autres langues indiennes et polygraphe. Mettre de la lumière sur la littérature tamoule à travers ses auteurs contemporains vivants est son principal intérêt.


temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page