Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > De vive voix : V. O’Sullivan et A. Mounic

De vive voix : V. O’Sullivan et A. Mounic

9 mars 2007

par temporel

Chanteloup-en-Brie, 19 novembre 2006

Nous offrons ici à nos lecture un extrait de la lecture de prose et poésie donnée à Chanteloup-en-Brie dans le cadre du Salon du livre de cette commune de Seine-et-Marne par Vincent O’Sullivan et Anne Mounic, invités de Cécile Benattar et Martine Bernadat. Vincent O’Sullivan se trouvait en France, invité à l’occasion des Belles Etrangères 2006, manifestation consacrée cette fois-là à la Nouvelle-Zélande. Plusieurs ouvrages de ce poète, romancier, auteur de théâtre, universitaire et critique littéraire, spécialiste notamment de Katherine Mansfield, ont été publiés à cette occasion :

Les lumières du bout du monde, roman. (Believers to the Bright Coast, 1998). Traduit par Francis Kerline. Paris : Joëlle Losfeld, 2006.

En attendant Rongo / Waiting for Rongo, nouvelles. Traduction et postface par Anne Mounic. Paris : L’Inventaire, 2006.

Cette voûte de si pur respir / That Vault of Such Pure Breath, poèmes. Traduction et introduction par Anne Mounic. Paris : L’Inventaire, 2006.

« Portes ouvertes » et autres poèmes. Traduction de Françoise Abrial. Europe, n° 931-32, novembre-décembre 2006.

« Professionnelle », nouvelle traduite par Anne Mounic. Europe, n° 931-32, novembre-décembre 2006.

Motus, c’est bien elle. Poèmes traduits par Anne Mounic. Douze écrivains néo-zélandais : les Belles Etrangères 2006. Avant-propos de Pierre Furlan. Paris : Sabine Wesspieser, 2006.

MP3 - 14.8 Mo

Vincent O’Sullivan lit ici « Elegy : again / Elégie : à nouveau », « Before you go / Avant que tu t’en ailles » et « The girl on the beach knows how / La fille sur la plage sait », extraits de Cette voûte de si pur respir. Anne Mounic lit la traduction.

Auparavant, Anne Mounic lit un extrait de son roman AH ! Ce qui dans les choses fait AH ! (Paris : L’Harmattan, 2005) et deux de ses poèmes, « Métamorphoses » et « Passages », du recueil Passages (Vivienne Vermes : Anne Mounic. Paris : L’Harmattan, 2005). De ce dernier poème, également paru dans Palimpsestes (Hommages à Paul Bensimon, sous la direction de Christine Raguet) en 2006, Vincent O’Sullivan lit la traduction anglaise de Vivienne Vermes.

Dans le numéro 4, à paraître en octobre, nous vous proposerons des extraits sonores de la rencontre avec Vincent O’Sullivan organisée à l’occasion des Belles Etrangères le 17 novembre 2006 à l’University of London Institute in Paris.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page