Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Daniella Pinkstein, par Gérard Rabinovitch

Daniella Pinkstein, par Gérard Rabinovitch

23 avril 2016


Daniella Pinkstein, Que cherchent-ils au ciel, tous ces aveugles ?. Bruxelles : M.E.O., 2015.

Mezza voce pour une Europe défunte. A mi voix, entre cantate polyphonique et roman à la trame labyrinthique, Daniella Pinkstein dresse le constat d’une Europe perdue, sombrée dans l’aveuglement des néons consuméristes et les bavardages nauséeux « Le langage qui ne nous sert pas à dire suffisamment ce que chacun de nous voudrait dire révèle par contre et à grands cris, sans que nous le voulions, la condition la plus secrète de la société qui le parle, notait José Ortega y Gasset dans La Révolte des masses. La jactance contemporaine, entre rhétorique de slogans en artéfact de pensée et histrionismes littéraires en posture post moderne, dit la condition effondrée de notre époque. Daniella Pinkstein, jeune écrivain, avec Que cherchent-ils au ciel, tous ces aveugles ?, prenant le relais d’une époque dont le langage n’était pas encore indigent, échappe à cette ambiance délétère.

Ni apatrides comme il se disait chez les captifs d’identités nationales murées ; ni cosmopolites comme les clouait au supplice impérial, le socialisme réel, les Juifs crurent à l’Europe. Ils en furent un levain à plusieurs occasions. Diderot, déjà, l’anticipait à sa façon : « Il en est d’eux comme des chevilles et des clous qu’on emploie dans un grand édifice, et qui sont nécessaires pour en joindre toutes les parties » (Encyclopédie). Ils crurent à une Europe de la Culture, nourrie des algorithmes de la connaissance lancés depuis l’Attique et des patterns éthiques venus de Judée. Ils crurent à cette Europe traversée par le vent revivifiant de la Révolution française, et prirent toute leur part dans l’édification de l’Esprit d’une Europe céleste, passant comme une aurore par dessus ses frontières ethniques et linguistiques. Ils avaient pour noms propres : Benjamin, Kafka, Broch, Roth, Zweig, Svevo, Saba, Proust… Ils se nouèrent aux Mann, Rolland, Istrati, Doblin, etc., etc.. Et Camus, Gary, Sebald, en survivance... Cette Europe fut ravagée et détruite par les tenants d’une Europe de dolichocéphales, sectateurs d’une divinité biologique, qui n’avaient de spiritualité que le culte de la violence. Et pour idéal, la virilité du muscle épais de la Brute rivée, contre la virilité de l’Esprit lucide et autonome. À l’Est comme on sait, question dévastation de la vie de l’Esprit, ce ne fut guère mieux. Du moins, clandestins ou stipendiés, des auteurs de génie Grossman, Chalamov, Soljenitsyne, Kundera, Milosz, Bibo, Kertesz, Pasternak, et d’autres, fleurirent dans les anfractuosités du bêton gris du stalinisme.

Daniella Pinkstein se raccorde à l’Europe du langage de tous ceux-là. Elle y plonge ses phrases et y alimente la sève de son écriture poétique, comme des racines à la recherche d’une minéralité nourricière et salvatrice. C’est pour en réciter l’après désastre. Bien sûr, elle est de son temps. Et l’accent mis sur des personnages de femmes et d’émigré, s’il trouve, dans l’invocation de Jane Austen, la condition justifiée d’une femme écrivant dans l’« ourlet » de la littérature d’une époque, consonne néanmoins avec les icones du pandémonium victimaire contemporain qui dans l’éclat de sa suffisance mainstream réduit la pensée à un état lacunaire. Mais personne ne nait hors du temps du monde. Au fil d’un récit d’amours sans passés ni devenirs et de la fracassante désillusion de ses personnages sur l’Occident européen, dans les points de couture d’un phrasé d’une rare élégance, elle a trouvé le ressort de son propre appel d’auteur. Mais encore, il y a dans les ombres portées, cryptées ou en citations, des Maîtres éblouissants d’une Europe défunte, la montée d’une cantate, peut-être un Cantique, à eux dédié ; au fil du style poétique d’une écriture devenue rare. Fille de son époque certes, mais comme le préconisait Schiller, elle n’en est pas la disciple.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page