Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Colette Gibelin

Colette Gibelin

27 septembre 2012

par Anne Mounic

Colette Gibelin, Dans le doute et la ferveur. Colomiers : Encres Vives, 2012.


Ce nouveau recueil de Colette Gibelin, 407ème numéro d’Encres Vives, nomme un « tu » avant de dire « je » : « Le sais-tu, j’aurais beaucoup à dire », puis vient « Le monde », comme déduit de cet échange intersubjectif, « dans sa beauté cruelle ».

Tant de regards disparus, ensablés

tant de sources qui jaillissent et s’assèchent

En longs frissons, les caresses du vent,

les cavernes du souvenir,

la lune, oh ! la lune, ca phare de l’enfance,

la lune au bois dormant

Le ton, en ces poèmes, se fait souvent interrogatif, ou bien mesure la qualité de l’expérience :

On n’a pas su répondre

aux exigences du matin

Et si le terme se transpose « au-delà des mers », envisageant les « sources nouvelles », le poète nous en suggère le risque puisque :

Au-delà
c’est déjà dire le grand saut dans l’aube libre

Nulle complaisance pour le tragique en cette conscience du drame humain, mais un face-à-face sans résignation.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page