Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Basavanna, poète indien, par Nicolas Go

Basavanna, poète indien, par Nicolas Go

1er mai 2008

par Nicolas Go

LA PAROLE DE SIVA
Basavanna

« Si chaque idiome suit (…) son propre cours, il existe néanmoins des moments privilégiés où les interférences demeurent possibles, où une même inquiétude vient battre au-delà des frontières ».
Claude Esteban

Ces textes ont été écrits au milieu du XII° siècle, en Inde et en langue Kanara, par le saint-poète-ministre-philosophe Basaveswara (ou Basavanna). Ils sont ici traduits de l’anglais.

Le grand mouvement de protestation religieuse Bhakti (dévotion) trouve ses origines dans la fin du I° millénaire après notre ère. Il s’est développé dans le sud de l’Inde, notamment dans l’Etat actuel du Karnataka dont la langue dravidienne, le Kannada, ou Kannara, est actuellement parlée par vingt millions d’indiens, et porte une tradition littéraire de quinze siècles. Les Vacanas, poèmes lyriques exprimant l’amour pour le dieu Siva, ont été écrits par plus de trois cents poètes ; parmi eux se trouve peut-être le plus remarquable des saints virasaivas [1] (avec Devara Dasimayya, Mahadeviyakka, et Allama Prabhu), Basavanna.

Il a vécu entre 1106 et 1167 ou 68, et a passé son enfance à Bagevadi (qui porte aujourd’hui son nom) où s’est déroulée la cérémonie de son initiation brahmanique. Mais il s’est très vite opposé au système de caste et au ritualisme, pour préconiser progressivement une philosophie sociale basée sur l’amour et l’égalité, et une dévotion pure, la Bhakti. Il a développé une pensée révolutionnaire, choisissant la voie de l’héroïsme et de la souffrance, afin de purger la vie sociale et religieuse des inégalités et de l’inertie. Enfant, sa dévotion s’est portée sur Kudalasangama (qui n’est autre que Siva), déité d’un village dans le district de Bijapur, à la rencontre des rivières Krisna et Malaprabha. C’est là qu’il a produit l’essentiel de son oeuvre avant de devenir ministre du roi Bijjala à Mangalavada, puis dans la grande ville de Kalyana. Son accomplissement spirituel, sa modestie et sa grande dévotion ont attiré à lui de nombreux disciples, de l’Inde entière.

Après sa mort, le mouvement social qu’il avait créé s’est progressivement sclérosé pour devenir une nouvelle branche dogmatique des religions organisées, abandonnant nombre d’avancées sociales telles que l’émancipation des femmes

8.

Regarde le monde dans son déferlement
de vagues cingler mon visage
pourquoi monterait-il vers mon cœur
dis-moi
oh dis- moi pourquoi monte-t-il
maintenant à ma gorge
Seigneur
Comment pourrais-je Te parler
Alors qu’il monte
Bien au-dessus de ma tête
Seigneur Seigneur
Ecoute mes cris
O Seigneur Kudalasangama
Ecoute

21.

Père, dans mon ignorance tu m’as conduit
Dans le sein de mes mères
Et à travers des mondes
Invraisemblables

ai-je fauté pour renaître aujourd’hui
ô Seigneur ?

sois clément envers moi pour être né
une fois encore
je te donne ma parole
Seigneur Kudalasangama
de ne jamais renaître5

33.

Comme un singe sur un arbre
Il saute de branche en branche
Comment puis-je croire ou avoir confiance
En cette créature ardente, mon mental
Il ne me laissera pas aller
A mon père
Mon Seigneur Kudalasangama


129.

L’agneau sacrificiel
amené pour le festival
dévora la feuille verte
apportée pour les décorations

ne sachant rien de son meurtre
il veut seulement remplir sa panse
né ce jour pour mourir

mais dis-moi
les meurtriers ont-ils survécu
ô Kudalasangama ?7

194.

Ils disent : versez du lait, versez
à la vue d’un serpent de pierre
mais ils s’écrient : tuez-le
lorsqu’ils croisent un vrai serpent
ils disent : va-t-en
à un dévot qui se présente
et offrent leurs friandises à un Linga
qui ne peut manger
lui qui tue est
le vrai hors-caste
lui qui mange la substance impure
est souillé

mais quelle est donc cette caste ?
parmi les dévots du dieu Siva
seuls ceux qui ne désirent
que le bien de tout être vivant
sont de vrais Saranas8


212.

Ne fulminez-vous pas contre
cette chose appelée Bhakti ?

comme une scie
elle coupe quand elle va
et elle coupe encore
quand elle vient

si vous risquez votre main
à saisir un cobra dans une cruche
vous laissera-t-il jamais
l’enlever9 ?
430.

De tes quatre vingt quatre cent mille apparences11
revêts-en une seulement
et viens me mettre à l’épreuve
demande-moi
si tu ne viens pas me demander
je jurerai sur le nom de tes ancêtres
viens sous n’importe quelle apparence
et demande-moi
je donnerai
mon Seigneur Kudalasangama


494.

Je ne sais rien
des battements de temps
et des mesures
ni de l’arithmétique des cordes
et des tambours
je ne connais pas
la pratique des iambes
et des dactyles12

mon Seigneur des Rivières Confluentes
comme rien ne peut Te heurter
mon amour nourrira mon chant

500.

Fais de mon corps le manche d’un luth
de ma tête la calebasse
de mes nerfs les cordes
de mes doigts les clés
serre-moi dans tes mains
et joue tes trente-deux chants13
ô Seigneur Kudalasangama

558.

Quelle vérité puis-je trouver
dans un dieu de cire
qui consume la laque et se fond
qui se fane
à la vue du feu14 ?

quelle vérité puis-je trouver
dans des dieux
que vous vendez au besoin
et des dieux que vous enterrez
de peur qu’on ne les vole

le Seigneur Kudalasangama
né de lui-même, un en Soi
Lui seul est le vrai dieu
563.

La jarre est un dieu
le panka est un dieu
la pierre dans la rue est un dieu
le peigne est un dieu
la corde de l’arc est aussi un dieu
le boisseau est un dieu

dieux dieux il y en a tant
il ne reste pas la place
de poser un pied
il y a seulement un dieu notre Seigneur Kudalasangama15

639.

Tu es venu à dos d’éléphant
tu es venu sur des chevaux
tu t’es couvert
de vermillon et de musc
ô frère
mais tu es venu sans la vérité
tu es venu sans semer ni moissonner
le bien
sur de fiers éléphants en rut
tu as aisément changé le but
en destin
tu es venu sans connaître
notre Seigneur Kudalasangama
tu t’es livré à l’enfer16

885.

Le lait est abandonné
par les vaches
l’eau est abandonnée
par les poissons
les fleurs par les abeilles

Comment puis-je T’honorer
O Siva, avec de tels déchets
mais ce n’est pas à moi
de mépriser les restes
aussi prends ce qui vient Seigneur Kudalasangama


Le nectar de ton nom
a rempli mon discours
ton image
a rempli mes yeux
tes pensées
ont rempli mon esprit
et ton nom
a rempli mes oreilles
Seigneur Kudalasangama
je ne suis qu’une abeille
dans le lotus de tes pieds18

J’ai été comme la femme
qui a pris son bain d’huile
qui a revêtu les tissus
les plus splendides
et porté les bijoux
les plus charmants
mais qui n’a pas gagné
le cœur de son mari

Quoi qu’il puisse survenir
Laisse-le advenir aujourd’hui
quoi qu’il puisse survenir aujourd’hui
laisse-le advenir à l’instant
qui cela effraye-t-il ?
je ne vis pas seulement de pain
je vis pour une mission
je ne m’enfuirai pas de la scène
comme un timide soldat

O Seigneur
mourir pour cette mission
est aussi joyeux qu’un festival

Qui peut me faire quelque tort que ce soit
par sa colère ?
que peut me faire une ville entière
en colère ?
laisse-les refuser leur fille
en mariage à mon fils
laisse-le refuser une assiette
à mon chien
un chien peut-il mordre
un homme à dos d’éléphant
aussi longtemps qu’il a Dieu à ses cotés ?
pourquoi irais-je courir
après une pauvre vache
alors qu’une rivière de lait
s’écoule à mes pieds ?
pourquoi se sentir honteux
pourquoi désirerais-je l’argent
des finances de Bijjala19
aussi longtemps que le Seigneur Sangama
est là ?


Vous rasez votre tête
lorsque vous voyez un dévot de Siva
vous vous dépouillez
lorsque vous voyez un moine jaïn
vous préférez le nom de Hari
lorsque vous rencontrez un brahmane
vous imitez tous ceux que vous rencontrez

que puis-je dire à ces gens ignorants
qui se croient dévots
s’inclinant devant d’autres dieux
quand ils honorent
le seul Seigneur Kudalasangama20

820.

Le riche
élève des temple pour Siva
mais que peut faire
le pauvre homme
que je suis ?

mes jambes sont des colonnes
mon corps l’autel
ma tête un pinacle
d’or

Ecoute ô Seigneur Kudalasangama
Ce qui est dressé périra
Le mouvement subsistera toujours17

9.

Comme la lune
j’ai ajouté jour après jour
un doigt de lumière
le python cosmique
Rahu4 l’omnivore
M’a dévoré
Aujourd’hui mon corps
Est une éclipse

Quand viendra la délivrance
O Seigneur Kudalasangama ?


420.

Les racines sont la bouche
de l’arbre : verse de l’eau, là
à la base
et regarde il bourgeonne de vert
au sommet

ses hommes en mouvement sont la bouche
du Seigneur : nourris-les
le Seigneur te donnera tout

tu te donneras à l’enfer si
sachant qu’ils sont le Seigneur
tu les traites en hommes10

BIBLIOGRAPHIE

A.K. Ramanujan, Speaking of Siva, Penguin.
R.S. Mugali, History of Kannada literature, Sahitya Akademi
H. Thipperdraswamy, Basaveshwara, col. Makers of Indian Literature, Sahitya Akademi.
M.C. Murthy, Basavanna, National Book Trust.
H. Deveerappa, Vacanas of Basavanna, Sirigere.

Notes

[1Virasaiva signifie la foi en Siva (saivisme ou sivaïsme) militante et héroïque (vira). Les virasaivas sont aussi appelés lingayatas, ceux qui portent le symbôle de Siva, le linga.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page