Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Au La Mecque, de Gwendolyn Brooks, traduit de l’anglais par Jean (...)

Au La Mecque, de Gwendolyn Brooks, traduit de l’anglais par Jean Migrenne

26 avril 2017

par Jean Migrenne

Au La Mecque

PDF - 68.3 ko
Au La Mecque de Gwendolyn Brooks, traduit de l’anglais par Jean Migrenne

Ainsi en advint-il au La Mecque

Pose sous un faux jour qui te défigure.
Le salut perdu de Mies Van der Rohe.
Et la faillite des contes de fée.

S. Smith, c’est Mme Sallie. Mme Sallie,
se presse vers la Mecque, son prodigieux havre de grâce ; 5
gravit les degrés dégradés de ce haut lieu.
L’œil sali encore, la bouche sidérée
des rances relents du Régal patronal.
Résolue
à laisser la rigueur au rencart, 10
à détendre la pesante déraison du poing.
Pétards mouillés
et soleils restés muets meurent sur les erres de cette
baleine de bronze. Notre prévoyante perdrix.
Fragmentée en essence de rose et combat comateux. 15
Fugace fragrance et cantique de quartier.

Voit Sainte Julia Jones, la vieille au genou flexible,
se redresser, prière prise
au 215 derrière la porte béante.
« N’est-Il pas la merveille des merveilles ! » clame Sainte Julia. 20
« Notre Seigneur n’est-Il pas le meilleur jusqu’au bord ?
La lumière de mes jours. Et je m’attarde
Au gré des prés tranquilles. Des prairies. C’est Lui l’aliment,
le vin et le piment de mon âme.
C’est Lui qui me dégotte du café pour ma tasse. 25
Oh ! que je L’aime ce Seigneur ! »
Et Mme Sallie,
l’innocente, sans saints ni signes de croix,
d’opiner et d’acquiescer, satisfaite de voir
en Seigneur encens et vendange. De s’adresser
à Williams le Prophète, trop jeune pour Sainte Julia, 30
tout Bible, boutons et moue ; tout fumant
de concupiscence pour sa disciple ; fournaise
d’acier sans fard.
Sa femme, c’était un squelette.
Sa femme c’était un os. 35
Ida est morte de se défendre.
(Des Nôtres !
Elle est des Nôtres !)
Ida est morte en solitaire.
strophe

Sur son pas de porte mal balayé jaillit Hyena. 40
Débutante canon. Friande des premières.
L’une des premières, et sur un air de haine,
de tout le La Mecque à se faire un casque d’or.
Et Mme
Sallie voit Alfred. Ah ! Son Dieu à lui !
Créer ! Créer ! Se pencher tout entier absorbé 45
sur la précision du détail, en arriver au
spasme du cœur suspendu, puis au frisson,
puis fondre––avec succès––
sur cette bête revêche, ce têtu, ce rétif
petit monstre : la belle tournure ! 50
Avoir la joie de décider––et réussir––
comment les matériaux se mélangent ou se blutent
pour se valoriser ; des importances ;
du choix des emballages. Alfred n’a aucun
talent. Il le sait. Paquet d’heures et de copies à Phillips, 55
hagard, hostile, le matin, devant un frottis
qui n’a que faire de ce que pourraient être ses aspirations, doutes,
expériences, revenus, besoins, ou de ce qu’il aurait pu devenir.
Il ne « fait faux bond » à personne ; au réfectoire du personnel,
il laisse la prof de zoologie, celle aux jambes superbes, 60
lui passer la main sur ses satanés beaux cheveux. Il
lit Shakespeare le soir ou étudie Joyce
ou James ou Horace, Huxley, Hemingway.
Après il couche avec Telly Bell
au 309, ou avec l’autre casque d’or, 65
ou réfléchit, ou boit jusqu’à ce que le Tout
fasse vaguement partie de l’Un et l’Un
se fonde en délice anonyme
et indécouvrable. Résultat : c’est un faible,
un faible, bon à rien. Peu importe. 70
Côté bon à rien, ça peut aller. Côté faiblesse,
il donne dans le bavard, frisé, généreux, pimenté,
de quoi donner à celle qui enseigne la zoologie
des nuits de rêves démentiels.
Du temps où il y avait tous ces dieux 75
qui s’intéressaient aux panthères,
jouaient à saute-montagnes,
allumaient étoiles et comètes, et une lune,
quelle était leur Foi unique ?
quel chaînon les unissait ? 80

Un gamin casse un carreau et Mme Sallie
arrive au quatrième et dernier niveau.

strophe

Les enfants, ce qu’elle vous rapporte c’est du jarret.
Elle met les morceaux dans l’émail blanc, déjà
dosé d’épices diverses, à mijoter au coin 85
du fourneau sans pitié. Et la moutarde, rivée sous le regard
de l’aînée, l’Intrépide (celle qui avait un jour
plongé les pouces dans les yeux d’un Voleur), attend
la main experte. Six patates rouges tiennent le fort, ainsi
qu’un pain de maïs à l’eau. 90

Voici que Mme Sallie
coiffe de son nid d’oiseau la table de sa cuisine,
et voit sa cuisine. Pas bien, pas bien,
disent les yeux, et Ma douce ennemie,
disent les yeux, et Ma paille et ma prise de tête, 95
disent les yeux, et Ma carence obsessionnelle,
ma moindre lumière.
« Mais aucune de mes lumières n’est grande ! »
Son verdict
gifle sauvagement non seulement cette cuisine malade mais 100
aussi la réduction à néant du principal par son Seigneur.
« Je veux repeindre ! » Mais ça rime à quoi ? C’est
blanchir un sépulcre. Un scandale.
Le comme-il-faut passe avant, la fioriture après  !
Musique, mode et salade philosophique 105
peuvent faire bon complément à la convenance
pour calmer les petits verres de notre déplaisir !
« Que puis-je faire ? »
Mais le Monde (moutonnier)
a besoin qu’on lui Dise. 110
Si tu poses une question, tu
ne peux pas en rester là.
Tu dois avancer.
Tu ne peux pas en rester là : le Monde va
dire « pouce » ; va se mettre 115
à blaguer, ou en colère. Tu ne peux pas en rester là.
Tu es obligée d’avancer.

Doublemint pour la protection. Yvonne
s’apprête pour son amoureux.
Le chewing-gum, il connaît. 120
Le chewing-gum, c’est à sa portée.
Une fille à la coule pige ça. Une à la coule
comme Ruthie ou Sue. Ça ne gêne pas,
et ça paraît plausible. Ce n’est pas bien du tout,
pas bien au point d’en être quasi formidable, 125
et ça fait cerise sur l’innocence sans fard
et le soupçon de crainte.
Pas nécessaire, dit Yvonne,
d’être chaque jour avec celui que
tu aimeras le temps qu’il dure. 130
Parce qu’il est agréable de se souvenir
qu’il est encore en vie, qu’il rit
dans la chambre d’une autre,
ou taille des tranches de concombre froid,
ou met ses boutons de manchette, 135
ou signe de son stylo
et va s’arranger
pour te toucher encore.

Mary Mélodie a horreur du mignon et du rondouillard.
Mélodie, Cap et Casey 140
et Thomas Earl, Tennessee, Emmett et Briggs
ont horreur des banlieues cousues main ;
horreur du bien peigné, du solide ; horreur des gens
à ballons, poupées, moufles, robes de basin, trains,
gants de boxe, livres d’images et chapeaux pour Pâques. 145
L’ennemi de classe chez les Smith se mouche dans la dentelle.

Mary Mélodie a un faible pour les cafards
et s’apitoie sur le rat des villes.
Pour Mary Mélodie la sensible,
la une passe après. 150
Oui, bien sûr, en Chine
les enfants pâlissent et pleurent,
et cela saigne comme une plaie qui déchire
la chair immémoriale de ce pays.
Oui, peut-être, 155
les petites Chinoises ne sourient pas,
et brèves sont les jaunes
poignées de main…
Elles tombent comme cascadent les larmes
de ce vieux ciel intelligent, et alors ? 160
Où sont les informations alarmistes
quand périssent d’autres priorités ?
Piégé dans sa douleur personnelle
le rat harcelé trépasse ;
écrabouillés sous un talon pressé 165
gisent les cancrelats de la veille au soir.

Briggs est adulte comme pierre
(s’il pleure, c’est dans son coin).
Les Bandes tiennent le pavé, mais il lui faut
louvoyer, 170
calmer les réticences qui se mettent
en travers de la ligne violente :
au rancart l’immunité, à la consigne l’amour,
au bûcher l’espoir.
La Bande 175
est saine, est galeuse.
La Bande
est ensemble d’individualités, soli-cité.
Plaignez le pauvre Briggs. Mais il est une ligne de partage des pitiés
que main et sympathie humaines ne peuvent franchir ; 180
au dévers de laquelle le jeune chien martyr
redescend à l’autel––finis le Joe,
le Bucky, le Capt’n, le Rex,
le Briggs––et se retrouve à son compte,
soucieux de l’Autre, 185
pas avec Nous.
Briggs, c’est si « facile », en fin de compte, d’accepter (après le grand cri et le non)
le mal inacceptable. D’agir avec un rien de panache ;
de sauvegarde pour la face ;
ouvre les yeux ! de plumer les poulets, d’en garder le précieux sang. 190

Raison pour laquelle les chats sont plus heureux que les hommes :
ils n’ont pas de journaux, eux… Je dois,
cite Tennessee,
comme mon chat, me contenter de bayer
aux hommes et aux femmes qui surgissent ici ou là. 195
Je dois rester là, les laisser
me caresser comme et quand ils veulent ;
dois boire leur lait et miauler
pour avoir ma pâtée. Le reste du temps c’est reste tranquille.
Qui entre quand ça le démange 200
et se mêle d’histoires et d’autres rencontrés
s’en tire avec des griffures, efflanqué,
et emporté par la rouge emprise du regret.

Lire la suite au format pdf


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page