Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de lecture > Association ARESER : modernisation universitaire

Association ARESER : modernisation universitaire

1er mai 2008

par Anne Mounic

ARESER, Christophe Charle et Charles Soulié (dir.), Les ravages de la « modernisation » universitaire en Europe. Collection « La politique au scalpel ». Paris : Syllepse, 2007. Ouvrage publié avec le soutien de la Chaire de sociologie historique de l’Institut universitaire de France.

L’Université française subit depuis plusieurs années un certain nombre de « réformes », dont on nous dit qu’elles visent à l’unification européenne, de façon à favoriser la « mobilité » des étudiants au sein de l’Union. Au nom des grands principes d’échange et de coopération intellectuels, cette harmonisation pourrait avoir ses bons côtés et être bien accueillie par les universitaires, si toutefois elle respectait leurs valeurs. Or, ce nouveau terme, « économie de la connaissance », repris ici et là par les journalistes sans analyse critique, recouvre tout l’inverse d’un idéal de pensée. « L’idéologie de « l’économie de la connaissance » signifie donc simplement, » écrit Chris Lorenz, « que la production de la connaissance relève du domaine de l’économie : l’homo academicus doit se calquer sur l’homo œconomicus. » (p. 34)
Cet ouvrage fait le bilan des périls de ce nouveau tournant de notre histoire : l’idéologie du tout économique : « Loin de donner un supplément d’âme culturel et civique à l’Europe, c’est plutôt l’enseignement supérieur qui se trouve soumis aux principes généraux, économiques, voire économicistes de l’Europe des Six initiale : marché ouvert, concurrence, compétitivité, efficacité. loin de préserver la diversité culturelle et l’échange entre des traditions intellectuelles, ces nouveaux objectifs aboutissent à une normalisation rigide qui ne tient compte ni des spécificités disciplinaires, ni des particularités régionales ou nationales, ni même de la diversité des rapports des individus à la demande d’enseignement supérieur ou des diverses fonctions possibles de l’enseignement supérieur, » écrit Christophe Charle dans l’introduction à cet ouvrage qui se compose d’études par pays (Espagne, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Grèce, France).
L’ARESER, Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche, créée en 1992, se donne pour but de « promouvoir une véritable communauté universitaire et scientifique souhaitant reprendre en main son avenir »., en opposant aux « principes étroitement gestionnaires » qui nous gouvernent « un effort accru de réflexion critique ».
C/o IHMC, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris
areser@wanadoo.fr


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page