Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > Anne Mounic, poèmes

Anne Mounic, poèmes

23 septembre 2015

par Anne Mounic

mercredi 23 juillet 2014,
Capranica

Ce matin, à la piscine, tu as fait deux conquêtes, la petite fille à la grande bouée rose et le chaton tigré, ‒ gris, ocre et blanc. L’enfant s’est approchée, car tu jouais avec l’animal et savais le caresser. Tu lui as servi de truchement auprès de cette petite bête qui l’attirait tant, mais dont elle avait peur.
Dans un monde paisible, se pliant pour l’instant aux normes du bonheur, une telle rencontre fait figure d’événement.

Hier, dis, aux Musei Capitolini,
Le jeune Jean-Baptiste avait aux pieds les ongles
Noirs, et un sourire d’enfant heureux, béni
Du monde qui l’a vu naître et tendrement jongle

Avec son bonheur et ses dons. Tout près, les ongles
De la diseuse de bonne aventure, ‒ ni
Tendre ni cruelle, mais rusée ; elle jongle
Avec l’attention du gentilhomme bien mis

Qui lui offre sa main naïve et très soignée ‒,
Sont noirs eux aussi. L’incident ne porte pas
A conséquence. Deux regards échangés, pas
De scandale, et une malice à peine niée.

Ce peintre encor jeune, la vie ne l’aura pas
Encore éprouvé, la joie non encore déniée.

Qui est-il ? Je voudrais que vous le deviniez.

Extrait de : Mais au jardin d’Eden on ne cesse d’entrer. Chalifert : Atelier GuyAnne, Collection « Le singulier dans l’instant », 2015.


temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page