Temporel.fr

Accueil > à l’écoute > Notes de visite > A Paris en cette fin d’été 2020 masqué

A Paris en cette fin d’été 2020 masqué

27 août 2020

par Guy Braun

Trois magnifiques expositions à découvrir avant le 6 septembre à la fondation Custodia à Paris.
Et les gravures japonaises sur « Fuji, pays de neige » au musée Guimet jusqu’au 12 octobre.

- Siemen Dijkstra : « Un virtuose du bois perdu »

Nous étions partis pour voir l’exposition « dessiner la figure en Italie », et nous sommes tombés en arrêt devant les œuvres de Siemen Dijkstra (né en 1968). Ce graveur des Pays-bas (on ne dit plus hollandais même pour Rembrandt..) offre une série de paysages d’une richesse de couleurs et de précision qui sont, chacune, de véritables tours de force. A partir de ses dessins et aquarelles, il restitue, comme pour en préserver l’intégrité du lieu, des gravures où l’œil se réjouit de l’harmonie des couleurs et est déconcerté par la richesse des détails. On songe aux aquarelles de Anders Zorn ou à certains tableaux de Caspar David Friedrich, mais en bois perdu !
L’exposition permet de voir une plaque, du moins ce qu’il en reste, ainsi que les différentes étapes imprimées. On découvre aussi des carnets de dessins et, dans la dernière salle, une vidéo où l’artiste nous explique sa démarche ainsi que sa technique.

- Anna Metz, Eaux-fortes

Le travail d’Anna Metz (née en 1939) est plus touchant. Des œuvres plus anciennes aux paysages d’arbres enneigés, on perçoit, lorsque l’on voit les plaques si profondément mordues par l’acide, une paradoxale fragilité. Cette approche lui permet de jouer à la fois sur les couleurs et sur le gaufrage du papier par un savant décalage d’un deuxième passage sous la presse. On y trouve aussi l’usage plus classique du Chine collé.

Anna Metz, Branches hivernales 2009. Photo Guy Braun avec l'autorisation de la Fondation.

La Fondation Custodia est un lieu très agréable où l’on peut s’attarder devant les œuvres sans avoir à supporter les dialogues de salon de thé d’autres visiteurs.
Enfin, cette confrontation (volontaire ?) de deux époques souligne à quel point la figure humaine semble avoir déserté l’univers de ces graveurs contemporains. Cette remarque m’amène à vous parler d’une exposition remarquable du musée Guimet

- Fuji, pays de neige

Les gravures autour du thème du mont Fuji offrent un univers plein d’animation. On y retrouve les grands noms de l’estampe japonaise, Hokusai, Hiroshige, Utamaro et bien d’autres. C’est, certes, une autre technique de gravure sur bois à plusieurs planches, et le paysage reste là aussi le sujet principal. Toutefois, l’homme et la nature ne sont pas distincts, les deux s’accordent pour rendre grâce au monde tel qui est.

Hiroshigue, Oi. Série des soixante-neuf relais du Kisokaido. Photo Guy Barun avec l'autorisation du Musée Guimet.

On peut voir sur le site de la Fondation des reproductions ainsi que la vidéo de Siemen Dijkstra.
La Fondation Custodia accueille du 15 février au 6 septembre 2020 les expositions Studi & Schizzi. Dessiner la figure en Italie 1450-1700, Anna Metz. Eaux-fortes et Siemen Dijkstra. À bois perdu au sein de l’hôtel Lévis-Mirepoix du 121 rue de Lille à Paris
https://www.fondationcustodia.fr/Expositions

Fuji, pays de neige
Du 15 juillet au 12 octobre 2020
Musée Guimet Paris

https://www.guimet.fr/event/fuji-pays-de-neige/


temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page