Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre
  • Gustave Moreau, par Arthur Symons par Arthur Symons
  • Dans deux tableaux de Chassériau au Louvre nous voyons l’origine de Gustave Moreau et de Puvis de Chavannes. La Chaste Suzanne réalise ce que Moreau tente de faire, avec une grâce artificielle mais charmante ; la conception est beaucoup plus imagée, le dessin plus sensible. Les couleurs sont un peu faibles, sèches même, mais la silhouette mince dans un paysage romantique constitue un tableau. La fresque accrochée dans l’escalier à côté des Botticelli suggère une belle décoration et annonce Puvis. Mais (...)

    lire la suite :

  • In the Mecca, poème culte de Gwendolyn Brooks, par Jean Migrenne par Jean Migrenne
  • L’auteur
    Gwendolyn Brooks (1917-2000) est l’une de figures marquantes de la poésie africaine-américaine, tant par la quantité, la qualité et l’impact de sa production : une trentaine de titres, tous abondamment repris en anthologies, commentés et cités. On ne compte plus le nombre de thèses de doctorat et d’études savantes qui lui sont consacrées. Son premier recueil, A Street in Bronzeville (1945) traite de l’impact de la guerre sur les Noirs américains. Elle fut le premier auteur de couleur à recevoir (...)

    lire la suite :

  • Au La Mecque, de Gwendolyn Brooks, traduit de l’anglais par Jean Migrenne par Jean Migrenne
  • Au La Mecque Ainsi en advint-il au La Mecque
    Pose sous un faux jour qui te défigure.
    Le salut perdu de Mies Van der Rohe.
    Et la faillite des contes de fée.
    S. Smith, c’est Mme Sallie. Mme Sallie,
    se presse vers la Mecque, son prodigieux havre de grâce ; 5
    gravit les degrés dégradés de ce haut lieu.
    L’œil sali encore, la bouche sidérée
    des rances relents du Régal patronal.
    Résolue
    à laisser la rigueur au rencart, (...)

    lire la suite :

  • Martine Blanché, poèmes par Martine Blanché
  • Madurai
    Nandi veille sous les piliers granitiques La cendre de bouse blanche promet la bénédiction de la tête d’éléphant Les prêtres au torse nu se prosternent au son strident de la trompette de bois Le trident agite sa flamme dans le sanctuaire L’encens s’évente près du palanquin de rose et de jasmin Shiva rejoint secrètement son épouse En laissant les fidèles à la fête autour du bassin aux hautes tours Les pas se perdent dans la pénombre labyrinthique du temple.
    Kochi
    Sous l’arbre de pluie La place (...)

    lire la suite :

  • Nelly Carnet, poèmes par Nelly Carnet
  • Pour un autre monde
    En offrande aux photographies de Michelangelo Bulgarelli
    (Note de l’éditeur : nous publions ici la première partie de ces poèmes et la seconde, en octobre prochain.)
    Solitude
    Solitude du paysage
    Solitude du tracteur d’un autre siècle Solitude de la barque à marée basse Solitude de l’immeuble abandonné dans la ville Solitude de l’atelier de travail Solitude de la rue désertée Disparition dans la pensée
    Le vide creuse le regard A la dérive L’absence Porte close, carreaux brisés. (...)

    lire la suite :

  • Nicolas Class, poèmes par Nicolas Class
  • Le Neckar
    Ton nom, tes flots déjà sonnaient à mon oreille
    Du temps de l’enfance où
    Je ne balbutiais que quelques mots à peine,
    Peu capable d’en dire ;
    Mais on m’avait appris que pour sûr tu décris,
    A l’Est, en Allemagne,
    Le pays et qu’au Rhin tes ondes tu mêlais,
    Ce pour quoi je t’aimai.
    Si, entre Forêt-Noire et Jura de Souabe,
    Plus austères pouvaient
    Tes rives nous paraître, et les gens, et les villes,
    Par toi baignés, que ceux
    Qui sont en notre Alsace, il te fut fait présent
    De (...)

    lire la suite :

  • Guillaume Dreidemie, poèmes par Guillaume Dreidemie
  • Epopée du Déchant
    I.
    Il y a ceux que hante
    Infiniment Verlaine.
    Il y a eux et ceux
    Que caresse une mère,
    Nous marchions comme eux
    (Un pas peut-être l’autre)
    D’une démarche lente
    Aboutissant au rêve
    Sur les bords de la Saône
    Et le livre à la main
    Nous récitions des vers
    Ne devisant de rien
    Le cœur à son malaise
    On songeait sans y croire
    Aux faibles de génie,
    Nous faibles sans mémoire
    Alors déblatérant
    Nos ébauches de rien
    On aurait dû nous voir
    S’éprenant d’un refrain… (...)

    lire la suite :

  • Hubert Le Boisselier, poèmes par Hubert Le Boisselier
  • Ta main
    Ta main traça un visage face à moi
    Plongé dans la réflexion
    Où tu pris la place de tant d’autres
    Que tu effaças d’un revers
    Ta main me présenta à la face
    Du monde des hommes perplexes
    Je devins ce visage là devant mes yeux
    Quand tu en reconnus les contours
    Ta main réfléchit ma présence
    D’un revers tu me fis une place
    Face à moi et au monde différent
    Pour que j’y devienne ce que je dois (...)

    lire la suite :

  • Seymour Mayne, poèmes, traduits par Caroline Lavoie par Seymour Mayne
  • The Song of Moses and other poems, Seymour Mayne
    Le chant de Moïse,
    traduction de l’anglais (Canada) Caroline Lavoie
    Préface
    Dès mon plus jeune âge, j’ai été initié aux légendes qui peuplent la Bible hébraïque. À mon premier jour à la maternelle de l’Académie hébraïque, sur le boulevard Saint-Joseph, à Montréal, j’ai réalisé un coloriage où étaient représentées plusieurs formes géométriques. Par erreur, j’ai pris le triangle pour une représentation de Dieu, n’apprenant que bien plus tard qu’il s’agissait en (...)

    lire la suite :

  • Hadassa Tal, poèmes, traduits de l’hébreu par Eliana B.R. par Hadassa Tal
  • Fille
    Peut-être vais-je révéler ton nom
    le crier, le crier lentement
    le respirer
    peut-être vais-je le taire
    l’unir à l’ivresse du raisin pressé
    le siroter et grogner, imbibée de vent
    murmurer un hymne aux herbes marines
    le dégorger de rochers suant dans la lumière, pieds dans l’eau
    peut-être vais-je y déchirer le silence
    le déposer dans le ventre d’une cigale et dans les éboulis de sa voix,
    ton nom s’élèvera si pleinement humain, comblant de douceur la vie.
    Peut-être…
    peut-être (...)

    lire la suite :

  • Dunstan Ward, poèmes, traduits de l’anglais par l’auteur par Dunstan Ward
  • Song : Grace
    ‘We’re crushing the flowers’
    the young girl protests
    yet smiling she makes
    her way down the meadow
    stepping lightly amid
    tall bright-headed stems
    and lifting the hem
    of her white summer dress
    with grace that seems ageless
    as though in a painting
    on a broken Greek vase
    or a Pompeian frieze.
    Grâce
    ’Nous écrasons les fleurs’
    proteste la jeune fille
    qui souriant prend
    son chemin dans le pré
    à pas légers entre
    les têtes colorées
    et soulève le bord
    de sa (...)

    lire la suite :



temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page