Temporel.fr

Accueil > à propos > L’honnêteté
  • Introduction par Anne Mounic
  • « … des menteries pour dénaturer un honnête homme ! »
    Guy de Maupassant
    *
    "Car ce qui est honnête, ce ne sont pas les raisons, subtiles, tortueuses, voire ténébreuses de la raison, ou de la représentation avantageuse et ostentatoire de soi. Ce qui est honnête, c’est ce qui nous requiert de plus loin, de plus profond que nous."
    Franc Ducros, dans "Triptyque italien : Saba"
    Honnête homme et homme honnête :
    les paradoxes de l’honnêteté
    « Le charme de leurs manières distinguées, (...)

    lire la suite :

  • Etymologie par Anne Mounic
  • V. 1260, honesteté, dans un sens général, « bienséance ; dignité, noblesse » ; « probité », XVIe ; de honnête ; réfection de l’anc. franç. (fin IXe) honestet, du lat. honestas, -atis, de honestus. - Honnête. (Dictionnaire Robert.)
    Honestas a pour premier sens : honneur, considération dont on jouit ; c’est ensuite l’honnêteté, le caractère honorable, la beauté morale et la noblesse d’âme, puis la noblesse et la beauté. D’ailleurs, honestamentum signifie embellissement, puis ornement.
    Honor, ou honos, -oris (...)

    lire la suite :

  • Umberto Saba par Claude Cazalé-Bérard par Claude Cazalé Bérard
  • Umberto Saba : une poétique de l’honnêteté.
    On ne pactise pas avec la vérité (et donc avec la justice) ; mieux vaut, si on ne peut faire autrement, périr honnêtement.
    Vérité et justice (1951) « Vous autres Triestins », me disait hier Giacomo Debenedetti, « vous êtes vraiment des fils du vent. C’est pour ça que vous aimez tant les moralités et les apologues, les contes, et les fables. C’est parce que tu es né dans la ville de la bora que tu écris des RACCOURCIS ».
    Quel plaisir devait me procurer un (...)

    lire la suite :

  • Albert Camus, par Frédéric Le Dain par Frédéric Le Dain
  • Avatars de l’ « honnête homme » au XXème siècle, essai de relecture « pour aujourd’hui » des romans d’Albert Camus, L’Etranger, La Peste, La Chute.
    Pour Anne Mounic, amicalement.
    « C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté »
    Albert Camus, La Peste (1947) « Mais les camps d’esclaves sous la bannière de la liberté, les massacres justifiés par l’amour de l’homme ou le goût de la surhumanité, désemparent, en un sens, le jugement. » (...)

    lire la suite :

  • Rilke et Pasternak, par Christian Lippinois par Christian Lippinois
  • Rilke, Pasternak, Maïakovski : une conception de l’honnêteté en art
    « Les gens se rendent compte à nouveau, écrit Jan Patocka dans son Testament, qu’il y a des choses pour lesquelles il vaut la peine de souffrir et que sans ces choses l’art, la littérature, la culture entre autres ne sont que des métiers auxquels on se livre pour gagner son pain quotidien. » Pour qui cherche l’art, le mot honnêteté pourrait bien viser ces choses pour lesquelles il vaut la peine de souffrir, et par là même désigner cela (...)

    lire la suite :

  • Jean Malrieu, par Yvon Le Men par Yvon Le Men
  • Jean Malrieu, la parole donnée
    J’avais traversé la moitié de la France pour rencontrer Jean Malrieu à cause d’un vers qui s’échappa de l’un de ses livres, Le bruit court qu’on peut être heureux. Pour moi, qui vivais dans la nuit, au bord du malheur qui, comme chacun le sait, touche le bonheur, ces mots tombaient à pic. Je les ai pris au mot. Si le bruit court, je vais le rattraper et découvrir celui qui les a écrits.
    En ce temps-là, je ne connaissais de la poésie que celle que transportait Léo (...)

    lire la suite :

  • Pierre Emmanuel, par Anne Simonnet par Anne Simonnet
  • Le poète ? Un homme « qui met sa vie dans ses mots et ses mots dans sa vie »
    « Vous êtes, monsieur, l’un des esprits les plus honnêtes que je connaisse », affirma Wladimir d’Ormesson lorsqu’il reçut Pierre Emmanuel sous la coupole de l’Académie française. Que voulait-il dire alors ? Sans doute que Pierre Emmanuel avait un grand souci de la vérité des mots qu’il employait, et de l’accord entre sa conscience et sa vie, dans toute la mesure du possible. L’honnêteté, chez Pierre Emmanuel, se définit d’abord (...)

    lire la suite :

  • Christine de Pizan, par Christine Reno par Christine Reno
  • Christine de Pizan et le danger des flatteurs : le clou fiché dans l’œil
    Née à Venise vers 1363, Christine de Pizan passa presque toute sa vie en France, où elle avait suivi, quelques années après sa naissance, son père Tommaso da Pizzano, invité par le roy Charles V (1364-1380) à le servir comme médecin et astrologue. C’est grâce à son père que Christine reçut, sans doute avec ses deux frères, une éducation à laquelle peu de femmes médiévales pouvaient accéder, et qui comprenait au moins les rudiments du (...)

    lire la suite :

  • L’honnête photographe, par Alfred Dott par Alfred Dott
  • Décidément…
    Décidément, Mensonge et Photographie m’aura occupé l’esprit (depuis ce printemps !) de manière lancinante, sans pour autant qu’il en résulte une réflexion utilement diffusable.
    La question n’aurait-elle pas muté en cette autre : pourquoi ce thème apparemment anodin de la photographie associée au mensonge me pose-t-il tant de difficultés, se rebiffe-t-il incessamment jusqu’à provoquer une sorte de nausée mentale dès qu’il se rappelle à mon esprit ? Tant et tant de philosophes et d’artistes, de (...)

    lire la suite :

  • Boèce par Anne Mounic
  • La gloire des âmes honnêtes :
    Le point de vue de Boèce dans La Consolation de Philosophie (524)
    Au Livre Quatrième, chapitre 3, de cet ouvrage écrit en prison dans l’attente de la mort, Philosophie dit à Boèce (480-524), que certains considèrent comme le premier des scolastiques : « Vois-tu dans quelle fange se vautre l’infamie, de quelle lumière resplendit l’honnêteté ? C’est en cela que jamais les bonnes actions ne sont privées de récompenses ni jamais les crimes de leurs châtiments. Et en effet, (...)

    lire la suite :

  • Hamlet par Anne Mounic
  • Hamlet, ou le paradoxe de l’intériorité et de l’honnêteté
    A l’acte 3 scène 1, durant la célèbre entrevue entre Hamlet et Ophélie, où il lui conseille d’entrer dans un couvent pour éviter de mettre au monde une nouvelle génération de pécheurs, Hamlet utilise plusieurs fois et dans leur double acception (sincérité et chasteté) les mots « honnête » et « honnêteté ». Assumant le rôle de fou, comme il en avait décidé à la scène 5 du premier acte, il interroge tout de go celle qu’il aime : « Ah, ah ? Etes-vous honnête (...)

    lire la suite :

  • Machiavel et Spinoza par Anne Mounic
  • Efficacité ou confiance, ruses du Prince ou « confiance d’exister » :
    honnêteté et politique, Machiavel et Spinoza.
    Dans son fameux ouvrage écrit de mars à décembre 1513, De Principatibus, Le Prince, Nicolas Machiavel (1469-1527) emploie les mots « honnêtement » et « honnête » au chapitre IV, « De la monarchie civile » :
    « Celui qui parvient à la monarchie avec l’aide des grands se maintient avec plus de difficulté que celui qui le devient avec l’aide du peuple ; car il se trouve prince au milieu de (...)

    lire la suite :

  • Le Chevalier de Méré par Anne Mounic
  • L’honnêteté, ou la « quintessence de toutes les vertus »
    Et, si de probité tout était revêtu,
    Si tous les cœurs étaient francs, justes et dociles,
    La plupart des vertus nous seraient inutiles,
    Puisqu’on en met l’usage à pouvoir sans ennui
    Supporter dans nos droits l’injustice d’autrui.
    Philinte, dans Le Misanthrope ; V, 1, 1564-1568.
    Moy, je m’offre par mes opinions les plus vives et par la forme plus mienne. Tendre négociateur et novice qui ayme mieux faillir à l’affaire qu’à moy ! » (...)

    lire la suite :

  • Kleist par Anne Mounic
  • De l’hybris de la vertu ou de la démesure de l’honnêteté :
    Michael Kohlhaas d’Heinrich von Kleist
    Kleist (1771-1811) désigne ainsi son héros, Michael Kohlhaas, dans sa nouvelle (novella) éponyme, écrite entre 1804 et 1810 : « … l’importance qu’il avait su donner à son commerce de chevaux et l’honnêteté dont il faisait preuve en toute occurrence l’avaient non seulement mis en relation avec la plupart des personnages importants du pays, mais lui avaient aussi valu leur estime. » (p. 37) L’honnêteté (...)

    lire la suite :

  • Bruno Durocher par Anne Mounic
  • Le langage de la « limpidité droite » :
    Bruno Durocher et la conversion épique de la plus haute douleur
    Que tes paroles sont douces à mon palais ! Le miel l’est moins à ma bouche. J’ai puisé mon savoir dans tes préceptes, c’est pourquoi je hais toute voie mensongère.
    Psaume 119, 103.
    La politique doit être avant tout morale, elle doit être synonyme de la morale.
    Bruno Durocher, Propositions.
    « Les usurpateurs, » écrit Bruno Durocher dans Le livre de l’homme, « dépouillent la vie de son sens, (...)

    lire la suite :

  • Lexique du newspeak par temporel
  • Petit lexique du « Newspeak », ou langue nouvelle,
    forcément incomplet,
    que chacun complétera pour lui-même à son gré…
    Eric Blair, alias George Orwell, a parlé de Newspeak en une période d’extrême tension internationale – Nineteen Eighty-Four, 1984, date de 1948 – et ce qu’il a entrevu recèle une violence difficilement dissimulable. Le Ministère de l’Amour est l’endroit où se pratique la torture et celui de la Vérité (Pravda, en russe, comme tout le monde s’en est pénétré au cours de la guerre froide) (...)

    lire la suite :



temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page