Temporel.fr

Accueil > à propos > L’arbre
  • Introduction : l’arbre par Anne Mounic
  • La figure de l’arbre, on s’en persuadera en lisant les différentes contributions à ce numéro, possède une puissance existentielle inégalée puisqu’elle nous permet de remonter aux sources de l’être naissant et croissant en la conscience que lui permet sa capacité de parler et donc d’envisager le devenir. La première contribution aborde ce sujet dans son ensemble en s’attachant à des œuvres précises, et diverses. L’essai de Fabienne Couecou met en valeur, chez Ford Madox Ford, ce lien de l’arbre et du langage. (...)

    lire la suite :

  • L’arbre en sa dynamique subjective par Anne Mounic
  • L’arbre en sa dynamique subjective
    L’arbre, ‒ lorsqu’il devient figure, c’est-à-dire au moment où, en son extase en nous, il en vient à signifier le mouvement de notre subjectivité ‒, paraît rendre visible notre devenir, non pas, toutefois, dans la linéarité du temps chronologique, mais selon notre capacité intérieure à le modeler dans notre œuvre. L’arbre, silhouette existentielle, est une figure du singulier, une figure de l’individuation qui écarte toute forme de solipsisme, ou d’isolement. Il est une (...)

    lire la suite :

  • Yggdrasil, arbre de vie de la mythologie scandinave, par Didier Lafargue par Didier Lafargue
  • Yggdrasil, arbre de vie de la mythologie scandinave,
    Principe suprême assurant
    le devenir spirituel de l’être humain
    Par sa forme, l’arbre évoque l’image de la croix, avec laquelle son symbolisme offre des similitudes. Mais qu’est-ce que la croix ? Si le christianisme lui a donné une place centrale, elle n’en fait pas moins partie des plus vieilles représentations de l’humanité et l’on trouve des croix dans toutes les traditions. Dressée verticalement, elle suggère l’homme les bras étendus, soit (...)

    lire la suite :

  • Arbres et enchevêtrements, par Paul Edwards par Paul Edwards
  • Charles Darwin a-t-il changé la manière dont nous observons les arbres ? Derrière la beauté d’un coin de nature, la « sélection naturelle » et la « lutte pour la vie » viennent-elles approfondir le regard, le teindre de noir ? Au XIXe siècle, des photographes comme de Kerville se sont mis à « collectionner » les arbres comme des spécimens, en les cadrant de toute la rigueur de la science, ce qui n’interdit pas la beauté des tirages. On trouve aussi des recueils de poèmes photo-illustrés où, en dépit de (...)

    lire la suite :

  • Les arbres heureux du peintre Friedrich Hundertwasser, par Christian Lippinois par Christian Lippinois
  • N.B. Les œuvres de Friedrich Hundertwasser sont visibles sur son site : http://www.hundertwasser.at/
    « La relation arbre-homme doit prendre des dimensions religieuses » : telle est la doctrine singulière que n’a cessé de propager plus de tente années durant le peintre viennois Friedrich Hundertwasser (1928-2000). Ce propos, tenu pour la première fois en 1972 lors de l’émission télévisée « Wünsch dir was » à Düsseldorf, n’est-il à tout prendre qu’une fantaisie d’artiste ? Ou bien plutôt devons-nous le (...)

    lire la suite :

  • Métaphores de l’arbre dans la diaspora Africaine, par Catherine Wendeler par Catherine Wendeler
  • La perte des références culturelles, conséquence de la fracture de l’esclavage, de l’absence de filiation, des départs vers l’Europe et vers d’autres connaissances a sonné le glas de la protection ancestrale de l’arbre. Dans un premier temps une lecture des transitions d’un système culturel ordonné à un autre, désordonné, sera visible dans le cosmos à travers des images d’arbres dans L’Enfant noir de Camara Laye et Compére Général soleil de J.S. Alexis, écrits dans les années cinquante, ainsi que dans deux (...)

    lire la suite :

  • Les figures de l’arbre, par Fabienne Couecou par Fabienne Couecou
  • Les figures de l’arbre : England and the English, de Ford Madox Ford.
    Introduction
    L’arbre tient une place prépondérante dans l’œuvre fordienne, et dans England and the English en particulier. Si le narrateur fordien lui rend hommage en évoquant son rôle dans la destinée humaine, collective et individuelle passée, il en donne une représentation assez inhabituelle en imaginant un arbre au potentiel infini, capable de changer la vie humaine au quotidien et même sa destinée. Bien plus, il le met au (...)

    lire la suite :

  • L’art/arbre littéraire branchu de Graham Swift, par Nathalie Massoulier par Nathalie Massoulier
  • L’art/arbre littéraire branchu de Graham Swift
    Vers une explication de l’intersémioticité swiftienne Il est intéressant d’analyser la conception de l’œuvre swiftienne au prisme métaphorique de l’arbre. Les traits que partagent romans et nouvelles swiftiens avec ceux d’autres auteurs contemporains semblent révéler le tronc commun du postmodernisme. Un bon exemple résiderait dans la notion ligneuse de réel et d’art en déconfiture, rongés par la fiction et la réhabilitation du populaire, mais également (...)

    lire la suite :



temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page