Temporel.fr

Accueil > à propos > Complémentaires
  • Introduction par Anne Mounic
  • La question des complémentaires peut s’aborder sous des angles différents, en considérant les couleurs, comme le fait Maurice Elie à partir de la théorie des couleurs de Goethe. On s’aperçoit que la notion de complément s’attache à l’idée de plénitude. On peut dès lors considérer les complémentaires dans la dynamique du devenir, les contraires induisant la progression et le démonique échappant à la négation et au démoniaque. Cette dernière notion fut explorée longuement par Thomas Mann, notamment dans Le (...)

    lire la suite :

  • Les couleurs complémentaires et leur genèse dans la théorie des couleurs de Goethe, par Maurice Elie par Maurice Elie
  • Goethe naturaliste
    Si l’on voulait suivre cette formule de Goethe dans Poésie et vérité : « tout ce qui est isolé est répréhensible » (« Alles Vereinzelte ist verwerflich »), on devrait prendre en compte toute son œuvre de naturaliste. En effet, il ne fut pas seulement écrivain et poète ; il œuvra aussi bien dans les domaines de la botanique, de la minéralogie, de la météorologie ou de la chromatologie exposée dans sa théorie des couleurs. Entre ces différents domaines on décèle des corrélations (...)

    lire la suite :

  • Faust et le démoniaque, par Anne Mounic par Anne Mounic
  • La notion de complémentaire s’associe étymologiquement à celle de complétude, ou de plénitude. Le mot « complément » se déduit du latin complementum (« ce qui complète, complément »), qui vient du verbe compleo, « remplir », « compléter », « remplir un espace de lumière, de bruit », « remplir d’un sentiment », « remplir, achever, parfaire ». D’ailleurs, comme l’explique Maurice Elie, pour Goethe (1749-1832), si les complémentaires s’appellent les unes les autres, elles suggèrent aussi à l’esprit la totalité du cercle (...)

    lire la suite :

  • Le récit, jeu de complémentaires, : Thomas Mann, Le docteur Faustus par Anne Mounic
  • A propos du professeur de théologie d’Adrian Leverkühn à l’Université de Halle, Ehrenfried Kumpf, Thomas Mann développe la conception biblique de « l’Adversaire » comme complémentaire de Dieu : « Jusqu’à quel point croyait-il à l’existence personnelle de l’Adversaire ? Je ne peux ni ne veux l’approfondir, mais je me dis que partout où l’on rencontre la théologie ‒ et singulièrement lorsqu’elle s’allie à une nature aussi riche de sève que l’était Ehrenfried Kumpf, ‒ le diable est inséparable du tableau et affirme (...)

    lire la suite :

  • "Complémentarités, symétries, contrastes" : Le point de vue de Paul Valéry par Anne Mounic
  • « Complémentarités, symétries, contrastes » :
    Le point de vue de Paul Valéry
    Il est donné dans le dictionnaire Robert, pour le nom « complémentaire », un exemple tiré des Cahiers de Paul Valéry :
    Les uns font de leur dieu, leur extrême ; et les autres, leur contraire.
    Il est, de ceux-ci, leur complémentaire.
    Dans ces pages qui concernent le religion et la croyance, les notions de complément et de complémentaires reviennent à plusieurs reprises, à lier sans doute avec ce que Valéry entend par « (...)

    lire la suite :

  • Complémentarités par contraste : The Day I Met Caruso (1956), de Frank Borzage par Anne Mounic
  • Auteur de A Farewell to Arms (1932), d’après le roman d’Ernest Hemingway (1899-1961), L’adieu aux armes, paru en 1929, et déduit d’un épisode autobiographique, Frank Borzage (1893-1962), né d’un père italien et d’une mère suisse, connut ses premiers succès avec des films muets, Seventh Heaven (L’Heure suprême, 1927), Street Angel (L’ange de la rue, 1928), Lucky Star (1929) et The River (La femme au corbeau, 1928-1929). Dans les trois premiers figurent Janet Gaynor et Charles Farrell, dont le jeu met en (...)

    lire la suite :



temporel nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page